ACTUALITé - CULTURE ET PATRIMOINE - CARNAVAL 2017

« Oui, je voudrais arrêter »

France-Guyane 17.02.2017
Propos recueillis par Loïk ARZUR

1RÉAGIR

« Oui, je voudrais arrêter »
José Guillolet, lors du vidé de lancement du carnaval 2017

José Guillolet, président historique du Comité des carnaval et festivals de Kourou, envisage de céder sa place. Il compte toutefois continuer d'aider à l'organisation, notamment de la Parade du littoral, qui se déroule dimanche dans la cité spatiale.

Il se dit que vous souhaitez lâcher la présidence du Comité des carnaval et festivals de Kourou. Qu'en est-il ?
Oui, je voudrais arrêter. Je continuerai toutefois de m'intéresser au carnaval de Kourou. Je resterai dans l'association, mais comme conseiller.
Rappelez-nous votre parcours jusque-là...
Avant d'entrer au carnaval, j'étais d'abord footballeur. À Saint-Georges. On a été champion de Guyane, on a fait les championnats Antilles-Guyane où on a littéralement explosé. Je suis allé en France grâce à Georges Chaumet (ancien président de la ligue). J'ai été footballeur professionnel dans les années 1970, avec le Red Star, Angoulême, Rouen. À 34 ans, Georges Chaumet m'a demandé de revenir. Je suis venu m'installer à Kourou où j'ai commencé en tant qu'éducateur sportif. J'ai fini directeur général de service. Pendant ce temps, j'ai aussi entraîné les clubs de Kourou. Je me considère plus que Kouroucien par rapport à mon implication culturelle, sportive, mes loisirs. Il n'y a pas beaucoup de personnes qui peuvent dire avoir fait autant. J'ai même créé la première radio libre en Guyane, la radio Toucan.
Et le carnaval ?
Les missionnaires (du centre spatial) ne voulaient pas de ce qu'ils appelaient « le brouhaha » . Je me suis dit qu'il fallait créer le comité carnavalesque car j'étais chez moi. Si je ne pouvais pas m'exprimer, c'est qu'il y avait un souci. Dès le départ, j'ai eu du monde autour de moi, notamment une personne qui manque au rendez-vous cette année, Silette Rimane. Malgré son état de santé, elle nous suit de très près.
Comment avez-vous vécu ces années ?
Le carnaval m'a donné énormément d'inspiration, d'idées. On peut faire beaucoup de choses, c'est un vecteur de création d'emplois. Car ce domaine a du potentiel et je n'arrête pas de le dire. Il faut que les élus s'intéressent de plus près à ce domaine. Il faut créer une structure complète avec tout le monde. C'est après tout l'icône de la Guyane et il faut le préserver.
À Kourou, le carnaval est indissociable du Monstre...
C'est une idée qui m'est venue du Brésil. J'ai demandé à un partenaire s'il pouvait me faire avoir un camion. Grâce à l'entreprise Garel, nous avons récupéré un ancien camion-poubelle que nous avons transformé. Il a plus de 38 ans! Il nous a coûté une fortune à mettre en ?oeuvre et nous coûte toujours aussi cher aujourd'hui. Disons que sans le Monstre, les gens sont déshabillés. Le Monstre leur appartient, c'est le patrimoine de Kourou. Si nous n'avions pas le Monstre, le carnaval kouroucien n'aurait pas pris autant d'ampleur.
Un dimanche en vert et jaune
La Parade du littoral se déroule dimanche après-midi, avenue des Roches. Une cinquantaine de groupes sont attendus, bien plus que le nombre de ceux qui ont été invités. Des groupes doivent arriver des Antilles, du Suriname, du Brésil, en plus des groupes de la ville et de nombreux groupes de l'Île de Cayenne et de l'Ouest. Les premiers vont commencer à défiler à 16 heures, en partant de la Cocoteraie, en passant devant la mairie où sera installé le jury et en prolongeant la fête dans le Vieux Bourg. Les couleurs, cette année, sont le vert et le jaune. La manifestation sera diffusée en direct sur Guyane 1ère.
1
VOS COMMENTAIRES
  • alfredo - 19.02.2017
    Bravo
    Chapeau m Guillolet, ancien footbalkeur professionprofessionnel, un parcours de premier vous conduisant au rôle de Directeur Général des Services ( le plus haut gradé de la fonction publique territoriale ) et enfin le carnaval où Vous operez comme un maître incontesté.
1

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION