ACTUALITé - CULTURE ET PATRIMOINE

La passion des musiques guyanaises

France-Guyane 31.01.2017
Serge RAVIN

0RÉAGIR

La passion des musiques guyanaises
Marie-Françoise Pindard : « J'ai baigné dans la musique depuis mon plus jeune âge » (SR)

La professeur de musique de l'externat Saint-Joseph Marie-Françoise Pindard est désormais docteur en ethnomusicologie. Samedi, elle a présenté sa thèse au public.

« J'ai ouvert une porte » , dit humblement Marie-Françoise Pindard. Cette porte, elle l'a ouverte comme on ouvre une partition, en étudiant la musique traditionnelle créole guyanaise. Un travail, couronné le 15 décembre du titre de docteur en ethnomusicologie, qui lui a surtout révélé tout ce qu'il reste à découvrir en matière de musique locale, qu'elle soit amérindienne ou bushinengue, par exemple.
Samedi, Marie-Françoise Pindard a présenté sa thèse au grand public, dans la salle de délibération de la Collectivité territoriale, à Cayenne. Les curieux ont jugé son titre amplement mérité.
UN TRAVAIL « LOURD DE SATISFACTION »
Éprise de musique au point d'en faire sa profession, elle fait partager sa passion aux élèves de l'externat Saint-Joseph, à Cayenne, où elle enseigne depuis ses débuts. « J'ai baigné dans la musique depuis mon plus jeune âge. Mon père Georges était lui-même musicien et il a appris à tous ses enfants à aimer la musique. »
Marie-Françoise Pindard a parcouru le territoire pour écouter chanter, voir danser et enregistrer les musiques traditionnelles guyanaises. Ainsi, plusieurs approches, diachronique, anthropologique, ethnomusicologique, sociologique et sémiologique ont guidé ses recherches sur la musique dans la société guyanaise au cours des siècles.
Les rythmes fondamentaux, les tambouyen, les chanteurs, les danses ont été observés, analysés pour comprendre la musique traditionnelle telle qu'elle est pratiquée dans les milieux populaires aujourd'hui.
Six rythmes fondamentaux sont pratiqués dans les groupes de danse créoles : le grajé, le nika, le kaséko, le lérol, le kanmougwé, le bélya. Alors qu'en matière de chants traditionnels créoles, il est distingué les chants longs, les chants courts, les chants en plusieurs parties. Quant aux influences, elles sont essentiellement européennes et africaines.
De quoi constater aussi qu'il reste beaucoup à découvrir dans la musique guyanaise. « Je me devais aussi d'adresser ces travaux et mes remerciements à toutes celles et ceux qui m'ont aidée et m'ont apporté leur soutien et leur contribution durant toutes ces années pour me permettre d'accomplir ce travail long et difficile certes, mais au final ô combien lourd de satisfaction. »
0
VOS COMMENTAIRES

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION