ACTUALITé - ÉCONOMIE / CONSOMMATION

MARDI ÉCONOMIE - « J'ai toujours entrepris depuis tout jeune »

France-Guyane 12.06.2018
Hermann ROSE-ELIE

5RÉAGIR

« J'ai toujours entrepris depuis tout jeune »
Le jeune entrepreneur met sa passion pour la pêche au service de son restaurant (DR)

Qui a dit que les jeunes Guyanais ne s'impliquaient pas et surtout qu'ils n'investissaient pas ? Fabrice Shen nous raconte comment une simple plaisanterie entre amis a abouti à la création d'une entreprise : le restaurant Fish Style, situé dans un quartier dit « sensible » , celui de Balata à Matoury.

Comment est né votre concept de restauration ?
Le concept du restaurant est né d'un pur hasard. Les gars du quartier et moi avions l'habitude d'aller pêcher et de préparer la pêche du jour pour le repas. Un soir, Harry, mon voisin, a préparé un beignet d'acoupa aux épices délicieux. Et c'est là que j'ai eu le déclic! J'ai donc par la suite proposé l'idée au groupe de créer un restaurant spécialisé uniquement sur les poissons de nos eaux.
Qu'est-ce qui le différencie des autres ?
Fish Style se différencie par rapport aux autres car nous n'avons pas chercher à copier des concepts existants. Nous nous démarquons sur le fait que nous cherchons toujours à faire mieux et différent. Actuellement, nous servons sur des plateaux de bois péyi et de calebasses. Les ingrédients sont de première qualité et frais. Nous jouons du bon son, et nous avons une équipe, qui travaille d'arrache-pied pour satisfaire tous nos clients et un joli cadre qui dépayse totalement.
Est-il difficile d'investir en Guyane ?
Investir est un risque qui peut être soit excitant soit stressant. Malheureusement, le système actuel fait que créer sa propre structure est un vrai problème. Les charges sociales sont un véritable frein au développement économique de notre pays.
Avez-vous réclamé des aides et vous sont-elles parvenues facilement ?
J'ai été dirigé plusieurs fois par des clients bienveillants vers certains organismes de subventions. Malheureusement, la quantité de documents à fournir m'a un peu découragé et a mis en pause ces projets.
Qu'est-ce qui vous motive dans votre expérience d'entrepreneur ?
J'ai toujours entrepris depuis tout jeune. Aujourd'hui, ma motivation est différente. Créer est une expression de liberté. Après la conception de Fish Style, beaucoup de personnes de mon entourage ont commencé à lancer leur propre affaire. Cela prouve que rien n'est impossible et j'encourage de tout coeur ces personnes à faire ce qu'elles aiment et à développer ainsi une économie indépendante d'un système qui nous oppresse et empoisonne petit à petit.
Comment garantissez-vous à vos clients de leur servir du poisson frais ?
J'ai été baigné très tôt par mon père qui m'emmenait à la pêche avec lui. Aujourd'hui, je peux vous dire si un poisson est frais ou pas, rien qu'au visuel. Nous collaborons avec plusieurs marins pêcheurs qui font un excellent travail. L'approvisionnement de nos poissons se fait donc vraiment au déchargement des bateaux.
Fabrice Shen (accroupi au centre) gère une petite équipe de jeunes (HRE)
Se trouver dans un quartier à la réputation « difficile » n'aide pas forcément dans les affaires ?
Balata a eu une mauvaise image par rapport à quelques faits divers mais reste un quartier comme les autres. Fish Style a pour but de faire découvrir à la population guyanaise le quartier de Balata différemment. Les habitants sont des gens comme les autres, traitez-les avec respect. Ils feront de même avec vous.
Quelles sont les qualités à avoir pour entreprendre malgré les temps difficiles ?
Les qualités à avoir, c'est avant tout d'être motivé, de croire à son projet et d'essayer. Tant qu'on n'essaie pas, on ne saura pas.
Quel regard portez-vous sur le développement économique de la Guyane ?
Les mentalités commencent à changer. De plus en plus de personnes entreprennent et montent leur structure. Je suis plutôt optimiste sur le fait que nous pouvons faire évoluer beaucoup de choses sans creuser un énorme trou dans la forêt.
Quelle vision avez-vous à long terme pour votre entreprise ?
Sur le long terme, nous souhaitons que Fish Style devienne un lieu incontournable en Guyane, que ce soit un endroit que vous aurez le plaisir de faire découvrir à vos amis et familles. Sinon, il y a beaucoup de projet en cours, mais tout vient à point à qui sait attendre.
Bio express
Fabrice Shen, 27 ans, est titulaire d'un bac économique et social et d'un diplôme universitaire de technologie technico-commercial. « Après l'obtention de mes diplômes, je suis parti poursuivre mes études à Créteil en licence AEI (administration et échanges internationaux), explique-t-il. L'expérience ne m'ayant pas plu, je suis rentré au pays avec plusieurs projets, dont la conception de cages en kit démontable en bois péyi. Entre-temps, je retapais la maison familiale à Balata qui était laissée à l'abandon. Alors que j'étais sans expérience, un ami artisan de mon père qui me voyait travailler tous les jours sur la maison m'a gentiment proposé de me former sur le terrain avec lui. J'ai travaillé pendant un an sur tous les corps de métier du bâtiment. L'idée m'ayant plu de pouvoir construire soi-même sa propre maison, je me suis renseigné pour une formation qualifiante dans le BTP. Malheureusement, il n'y en avait pas beaucoup, j'ai donc continué sur une formation d'électricien d'équipement à l'OPRF (opérateur public régional de formation) de Kourou. Après validation, j'ai travaillé quelque temps à EDF jusqu'au jour du déclic » .
5
VOS COMMENTAIRES
  • marssy - 14.06.2018
    Bravo !
    J ai beaucoup apprécié lire cet article. Cela change de ce Qu'on peut lire dans certaines rubriques. Bravo à toi Fabrice. J'espère venir manger un jour dans votre restaurant !!
  • Wacapou - 13.06.2018
    Belle initiative!
    C'est original, bravo, tous mes voeux de réussite!
  • xuxa - 13.06.2018
    BRAVO BRAVO A CE JEUNE
  • RAF973 - 13.06.2018
    Je vous souhaite de réussir dans votre entreprise et que cela donne des idées à d'autres. La Guyane a besoin d'initiative et d'innovation.
    Bonne continuation
  • mica - 13.06.2018
    Bonne continuation!
    En espérant un jour venir me régaler dans votre restaurant,c'est un métier difficile comme tant d'autres,mais la volonté est votre force.Bravo jeune homme!
1

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION