ACTUALITé - ÉCONOMIE / CONSOMMATION

La famille de satellites météo au complet

France-Guyane 08.11.2018
A. G.

0RÉAGIR

La famille de satellites météo au complet
Marc Cohen : « Metop-C est le vingtième satellite météorologique lancé par Arianespace » (DR)

Le troisième et dernier satellite météorologique de la famille Metop a été lancé mardi soir avec succès du centre spatial guyanais. Ainsi s'achève un programme de plus de vingt ans, qui a permis une amélioration des prévisions météo à dix jours.

Après le lancement en août, du satellite Aeolus, une mission d'étude des vents, c'est un nouveau satellite pour améliorer les prévisions météorologiques qui s'est envolé mardi soir du centre spatial guyanais. Metop-C, le dernier satellite de la galaxie développée par l'Agence spatiale européenne et l'Organisation européenne pour l'exploitation des satellites météorologiques (Eumet-Sat) a été lancé après une campagne de plus de plus de quatre mois au CSG. Il va rejoindre les deux premiers satellites lancés depuis Baïkounour, en 2006 puis 2011. La collaboration entre Eumetsat et Arianespace continue : quatre autres satellites sont signés dans le carnet de commande dont deux Metop seconde génération. L'agenda du CSG est chargé s'il veut atteindre ses objectifs d'ici à la fin de l'année, avec trois lancements. Le prochain, le 20 novembre, sera effectué pour le compte du Royaume du Maroc pour une mission d'observation de la Terre.
3 QUESTIONS À MARC COHEN, directeur des programmes Leo à Eumetsat « Plusieurs satellites pour réduire les erreurs »
Qu'apporte Metop-C ?
Il va nous donner une visibilité sur le long terme. Au lieu d'avoir un satellite à la fois, on en a plusieurs en orbite ce qui permet de réduire les erreurs et de donner un gros avantage aux services météo. Alors qu'on a démarré ce programme il y a une vingtaine d'années on peut dire qu'on a lancé (mardi soir, ndlr) un vieux satellite, mais très moderne car les technologies à bord sont de pointe. Grâce à ce programme, on a fait une grosse amélioration dans les prévisions à dix jours et des observations qui ont été révolutionnaires...
Quelles données sont mesurées ?
Les profils de température et d'humidité de l'atmosphère, la vitesse des vents à la surface de l'océan, la chimie atmosphérique, etc. On fait des acquisitions de données avec les neuf instruments à bord des satellites sur quatorze orbites par jour. On les traite à Darmstadt (Allemagne) et on les livre aux utilisateurs en environ 70 minutes.
À qui se destinent ces données ?
Nous avons trente États membres mais tous le monde utilise nos données. On a, par exemple, un système à bas coût qui permet à n'importe qui, des stations météo aux entreprises en passant par des universités, de récupérer les données via une antenne VSAT.
Propos recueillis par Angélique GROS
(DR)
0
VOS COMMENTAIRES

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION