ACTUALITé - ÉCONOMIE / CONSOMMATION

La Somarig à l'arrêt

France-Guyane 16.05.2017
A.G.

0RÉAGIR

La Somarig à l'arrêt
La grève a commencée vendredi dernier à la Somarig au port de Degrad-des-Cannes (AG)

En raison d'une grève à la Somarig, vendredi, un navire a quitté le port de Dégrad-des-Cannes sans décharger en totalité sa cargaison. Hier matin, un second porte-conteneurs a levé l'encre sans rien décharger.

La Somarig, une filliale du groupe de transport maritime CMA-CGM, implantée au port de Dégrad-des-Cannes, est actuellement paralysée par un mouvement social. À la suite d'une session de négociation annuelle obligatoire ayant échoué vendredi, une partie des salariés se sont mis en grève.
« Vendredi, des salariés de la Somarig qui nous fournissent les machines pour travailler sur le port ont décidé de les récupérer. Nous avons donc été dans l'impossibilité de continuer le chargement et le déchargement du navire » , explique Étienne Bordes, président du Gemag. Selon l'un des salariés de la Somarig non gréviste, le point de blocage se situe au niveau des salaires.
La direction et les grévistes n'ont pas souhaité s'exprimer sur la question.
Hier matin, au sortir des négociations la situation était toujours bloquée.
LE DÉCHARGEMENT DES NAVIRES BLOQUÉ
Vendredi soir, le transatlantique CC Saint-Laurent, en opération depuis mercredi, a quitté Cayenne pour Paramaribo avec 54 conteneurs non déchargés, selon Étienne Bordes.
Et hier encore, c'est le porte-conteneurs Asian Sun qui n'a rien pu décharger et a levé l'encre en fin de matinée.
Selon un communiqué de la Somarig, l'accès au navire était bloqué par des conteneurs déposés par une personne liée au mouvement social. Les conteneurs secs seront débarqués à Paramaribo.
Seuls les conteneurs sous température dirigée resteront à bord. Ceux destinés à l'exportation sont reportés sur le Contship New du 22 mai.
15 jours d'attente en plus pour les importateurs
Les navires arrivant au port de Cayenne ont une feuille de route précise et faire attendre un navire à quai coûte cher. Ainsi, la décision a été prise de décharger les conteneurs à Paramaribo. Mais cela pose problème aux importateurs. « Après un mois de perturbations en Guyane, il va falloir quinze jours pour rapatrier ça. Et pour ceux qui n'ont pas pris d'assurance avec la clause grève, ce sera pour leur poire » , explique Jean-Yves Ho You Fat, transitaire.
0
VOS COMMENTAIRES

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION