ACTUALITé - ÉCONOMIE / CONSOMMATION

Plus que quelques heures pour déteinter ses vitres de voiture

France-Guyane 30.12.2016
Carolina FERRERE

3RÉAGIR

Plus que quelques heures pour déteinter ses vitres de voiture
Cette voiture ne respecte pas la norme : ses vitres laissent passer 16% de lumière, contre 70% exigés par la loi (CF)

À partir de dimanche, les vitres des véhicules doivent laisser passer 70% de lumière. Les contrevenants s'exposent à une amende de 135 euros.

Dimanche démarre une nouvelle année avec son traditionnel lot de changements. Parmi ceux qui font couler le plus d'encre, figure la réglementation sur les vitres surteintées. Il s'agit en effet d'une interdiction incluse au code de la route par le décret du 13 avril 2016 et qui concerne les vitres latérales avant et le pare-brise.
Certains conducteurs semblent se questionner sur cette nouvelle mesure dont le principal argument, selon le gouvernement, est la sécurité. Comme le confirme Didier Rostaing, responsable de l'Observatoire régional de la sécurité routière à la Deal : « Quand on est automobiliste, il est important de pouvoir capter le regard des conducteurs afin de mieux anticiper leur conduite. Pour les motards, ça l'est encore plus, car ils ont un impact visuel très réduit et on ne les voit pas. »
PAS D'APPAREIL HOMOLOGUÉ
Le responsable de la sécurité routière parle d'une mesure qui doit permettre aux forces de l'ordre des actions plus efficaces, telles qu'anticiper les mouvements des conducteurs, voir s'ils portent des armes et aussi contrôler le défaut de ceinture de sécurité ou bien l'usage du téléphone au volant.
À partir de dimanche donc, les vitres latérales avant du véhicule doivent laisser passer la lumière à 70% ou davantage lorsqu'on la mesure à l'aide d'un photomètre. Et sur cette question, les contestations risques d'être nombreuses : les forces de l'ordre ne sont pas équipées de ces appareils de mesure. C'est donc essentiellement à l'oeil nu que se fera le jugement. Un appareil professionnel homologué coûterait jusqu'à 10 000 euros. À ce prix, il est difficile d'équiper tous les services de police. À Cayenne, un seul commerçant serait équipé, mais d'un appareil non homologué pour les contrôles. Il a coûté environ 400 euros, a priori avec un taux d'erreur de 1 à 2%.
La mesure risque de se révéler très difficile à appliquer, alors même qu'en Guyane, de nombreux automobilistes roulent avec des vitres surteintées.
Un commerçant cayennais raconte avoir multiplié par six le nombre de clients venus enlever le film teinté de leur voiture depuis novembre (PYC)
Une pétition pour le fléchissement de la loi contre les vitres teintées dans en Outre-mer a été lancée sur le site change.org. Elle a déjà recueilli près de 13 000 signatures.
Les commerçants débordés
Cela ne surprendra personne : les usagers s'y sont pris à la dernière minute pour supprimer les vitres surteintées de leur véhicule. Les commerçants ont des listes d'attente de plusieurs jours avant de pouvoir intervenir sur les véhicules de leurs clients. Pour le remplacement des films teintés, Fait Sin-A-Fat, gérant d'un magasin spécialisé rue Christophe-Colomb à Cayenne, est passé d'un client tous les deux jours à quatre clients par jour depuis le mois de novembre.
Aujourd'hui, la loi exige que les passagers à l'avant du véhicule soient visibles. Or, en Guyane selon lui, tout le monde cherche le plus d'opacité possible, avant tout pour se cacher et ils en oublient l'efficacité. Fait Sin-A-Fat souligne aussi « qu'il faut que les films laissent une pénétration de lumière à hauteur de 70%, c'est-à-dire une opacité maximale de 30%. Il faut aussi que ces films stoppent plus de 90% des UV et plus de 40% la chaleur, sinon c'est complètement inutile. » Il rappelle qu'un film très opaque ne stoppe pas forcément plus les UV qu'un film moins opaque.
EN CHIFFRES
135
Les retardataires qui n'auront pas supprimé leurs vitres sur teintées dimanche encourront une amende de 135 euros. Celle-ci est assortie d'un retrait de trois points sur le permis de conduire. L'amende et le retrait de points seront appliqués au conducteur et pas au propriétaire du véhicule.
150
Pour être sûr d'avoir un film qui respecte les normes, qui protègent les automobilistes des UV et qui renvoient les rayons solaires, il faut compter pour les vitres avant autour de 150 euros. Il est recommandé, afin d'éviter les possibles arnaques, de choisir un professionnel, de demander la marque et d'exiger les caractéristiques techniques des films.
Ce qui change à partir du 1er janvier
Hausse du Smic et du prix du timbre ; interdiction des sacs plastique sur tous les points de vente ; simplification du divorce par consentement mutuel, etc. L'année 2017 apporte son lot de changements...
Le marché de Saint-Laurent prépare l'interdiction des sacs plastique
Dès ce début d'année, les sacs plastique sont interdits. Vendredi dernier puis mercredi, une campagne de sensibilisation a été organisée sur le marché de Saint-Laurent. Une centaine de sacs en papier ont été distribués.

Depuis le 1er juillet 2016, il est interdit aux commerçants de donner ou de vendre des sacs en plastique fins à usage unique aux clients. À partir de dimanche, cette interdiction concernera tous les points de vente, notamment celle des fruits, légumes et fromages. Les marchés vont donc être concernés.
Vendredi dernier, pour rappeler aux clients et aux agriculteurs cette interdiction et les sensibiliser à l'utilisation des sacs durables, une campagne a été menée au marché de Saint-Laurent du Maroni par la chambre d'agriculture, Embal'tout, la communauté de communes de l'Ouest guyanais (CCOG) et la mairie.
Des pancartes et des sacs recyclables en papier ont été distribués aux vendeurs du marché. Ils les ont ensuite déposés sur leurs tables afin que les clients et les passants puissent prendre conscience du changement qui s'opère.
Vendredi, c'est une centaine de sacs en papier qui a été distribuée. « Mais avec la pluie, ce n'est pas l'idéal. Ça se mouille et ça se déchire assez facilement, reconnaît Caroline Siong, responsable de la journée de sensibilisation. On attend d'avoir des sacs cabas solides. La quantité qui sera distribuée aux commerçants sera à déterminer par le président de la CCOG. »
MENACE DE SANCTIONS
Malgré l'interdiction, la quasi-totalité des commerçants continuent de donner ou de vendre des sacs plastique. « À partir de 2017, il y aura certainement des sanctions, des amendes qui seront déterminées par le code de l'environnement pour ceux qui ne respectent pas la réglementation » , préviennent les responsables de l'opération de prévention.
Il est prévu prochainement, plus de campagnes de sensibilisation dans des lieux stratégiques comme devant le Super U de la ville, où des sacs cabas plus résistants, épais et efficaces seront distribués.
Vendredi dernier, sur le marché de Saint-Laurent du Maroni, Caroline Siong distribuait des sacs en papier en prévision de l'interdiction totale des sacs en plastique à partir de dimanche (FP)
Fabienta PROSPER
D'autres changements prévus dès ce dimanche
FINANCES
- Le nouveau montant horaire brut du Smic est de 9,76 euros, contre 9,67 euros depuis le 1er janvier 2016.
- Le plafond de la Sécurité sociale est revalorisé de 1,6% par rapport au plafond 2016.
- Un autre prix qui va augmenter, c'est celui des timbres : + 6,3% pour une lettre prioritaire (on passe de 80 ct à 85 ct) et + 4,3% pour une lettre verte (de 70 ct à 73 ct).
- Quant aux retraités non imposables qui emploient un salarié à domicile, ils pourront bénéficier du crédit d'impôt.
SANTÉ
- Les professionnels de santé doivent appliquer le tiers payant partiel aux assurés atteints d'une affection de longue durée, ainsi qu'aux femmes enceintes qui bénéficient de l'assurance maternité.
- À partir de dimanche, il sera possible de faire connaître son refus d'être donneur d'organes sur le site du registre national. En revanche, à partir du 1er janvier 2018, le médecin n'aura plus à consulter les proches pour prendre sa décision. Ceux-ci ne pourront donc plus s'opposer aux dons. Le médecin devra simplement les informer du prélèvement réalisé, à moins que le défunt n'ait exprimé son refus de don de son vivant.
TRAVAIL
- À partir du 1er janvier, les salariés peuvent bénéficier d'un congé sans solde pour aider un proche malade ou handicapé. Aussi, les décrets d'application de la loi récente - relatifs à la durée du temps de travail, aux repos, aux congés payés et aux congés exceptionnels - entrent en vigueur.
DIVORCE
- Si vous n'avez pas encore divorcé à cause de la paperasse, sachez qu'en 2017 les époux souhaitant le faire par consentement mutuel ne vont plus passer nécessairement devant le juge. Ils pourront enregistrer une convention de divorce en présence d'avocats et d'un notaire.
AUTOMOBILE
- Les professionnels de l'automobile sont dans l'obligation de proposer une pièce de réemploi à la place d'une pièce neuve, pour l'entretien ou la réparation des véhicules de leurs clients, qui peuvent l'accepter ou la refuser.
SÉCURITÉ ROUTIÈRE
- Les employeurs ne pourront plus protéger les employés. En cas d'infraction au code de la route avec un véhicule de l'entreprise, ils devront communiquer aux services de police ou de gendarmerie l'identité et l'adresse du salarié mis en cause.
- Le 22 mars, un autre décret rentre en vigueur, celui du casque obligatoire pour les vélos. Cela concerne les enfants de moins de 12 ans, qu'ils soient conducteurs ou passagers. Cette mesure cherche à réduire la gravité des blessures au visage et les risques de traumatismes crâniens des enfants qui utilisent ce moyen de transport. Si un adulte roule à vélo avec un enfant passager sans casque, ou accompagne un groupe d'enfants non protégés, il risque une amende de 135 euros. Rien n'est encore précisé quant aux sanctions des enfants en infraction qui se trouvent seuls au moment du contrôle.
C.F.
Sacs plastique : tout le monde n'est pas prêt
Certains commerçants de l'Île de Cayenne avouent ne pas être trop organisés, d'autres proposent à leurs clients les sacs réutilisables depuis quelque temps. Du côté des clients, Larissa, 33 ans, pense que c'est avant tout une initiative de chacun. « C'est nous qui devons aller au magasin avec notre sac, c'est une habitude que j'ai prise et je ne l'oublie jamais. D'ailleurs j'en ai toujours un dans mon sac à main. »
3
VOS COMMENTAIRES
  • Altron - 31.12.2016
    undefined
    A mon avis zéro automobiliste ne sera sanctionné en Guyane pour ses vitres trop teintées et zéro cycliste pour non port du casque. Les lois ne sont pas appliquées ici, il suffit de compter pour s'en convaincre le nombre de type à scooter sans casque.
  • xxl - 31.12.2016
    Pauvres gens
    Depuis l'apparition de l'euros j'ai compris que nous sommes des marionnettes.
  • jess - 30.12.2016
    on verra les têtes de C qui ne disent pas merci lors de courtoisie et ceux qui brulent les STOP etc
    Y BON
1

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION