ACTUALITé - ÉDUCATION / SANTé / ENVIRONNEMENT

Enseignement : vers une grève "massive" mardi ?

franceguyane.fr 01.02.2018
P.R.

21RÉAGIR

Enseignement : vers une grève "massive" mardi ?
Mardi 30 janvier, une centaine d'enseignants des collèges Dumesnil, Contout et du lycée Michotte ont manifesté leur ras-le-bol face à la violence dans leurs établissements devant le rectorat (DN)

Après la grève de 8 établissements scolaires cette semaine, les syndicats enseignants appellent désormais à une grève "massive" le mardi 6 février et "reconductible" dès le 7 février.

Après la grève de 8 établissements scolaires cette semaine, la pression monte encore d'un cran chez les syndicats enseignants. Les personnels de Saint Laurent, la Coordination des personnels du collège A. Contout, le SNES, le STEG, SUD EDUCATION Guyane ont envoyé un communiqué en ce sens : 
 
"Dans l'immédiat, deux revendications s'imposent par leur urgence :

- le renforcement des vies scolaires pour l'encadrement des élèves et pour remplacer la disparition progressive des emplois aidés.?Nous demandons une augmentation de 20% des effectifs d'assistants d'éducation et la création de 30 postes de Conseiller principal d'éducation au niveau académique.

- la construction rapide d'établissements provisoires, en attendant que les infrastructures programmées depuis les Accords de Guyane sortent de terre, pour désengorger les écoles, collèges et lycées existants.

Nous demandons, non pas des portiques de sécurité ou "trois" vigiles, mais une véritable politique éducative pour les enfants de Guyane :?- l'embauche de personnel qualifié et formé,?- la mise aux normes des infrastructures (gymnase, grilles d'entrée, etc.),?- des transports scolaires gratuits,?- des moyens pour une orientation choisie,?- la construction d'établissements, de cantines, d'internats ! "
 


La tension est vive dans plusieurs établissements scolaires. L'insécurité est au centre des revendications. Les réponses des autorités ne satisfont pas les enseignants
 

21
VOS COMMENTAIRES
  • Ergo sum - 05.02.2018
    Si Paassy, Joko invente. Des idioties.
    Et vous le rejoignez : votre idée fixe est que comme la foule a marché "contre l'insécurité" le 28 mars dernier et comme le 73 a été choisi en 2010, toute proposition d'un changement institutionnel ou simplement toute réflexion seraient interdites maintenant et pour toujours, car vous en avez décidé ainsi de la hauteur de votre intelligence coloniale très supérieure.
    Vous prétendez interdire la réflexion. On connaît cette musique : comme les colonies se trouvent déjà occupées, il est inenvisageable que leur situation change...

    Sans rapport mais parallèlement avec votre bassesse intellectuelle, je vous interdis de radoter que la foule a protesté contre la SEULE insécurité le 28 mars 2017. Vous peut-être, mais d'autres manifestants avaient aussi d'autres perspectives plus lointaines que votre pleurnicherie devant l'insécurité. La preuve.
  • Paassy - 05.02.2018
    Votre rhétorique haineuse et méprisante ne fait que conforter la réalité de cette volonté anti-démocratique que vous et d'autres groupuscules d'ultra-gauche et ultra-droite guyanais voulez imposer à la population par tous les moyens, même les plus grossiers.
    Vous n'étiez visiblement pas dans les manifestations, sans doute parti en congé bonifié sous d'autres cieux. Reprenez le fil de l'histoire : agriculteurs, pêcheurs, infirmiers et le reste de la population. Personne n'a réclamé un changement de statut. D'ailleurs dans le cahier de revendications, le changement de statut n'a été qu'un seul point sur 400, et demandé par le seul CEMEA (?).
    Après cela, les extrémistes ont pris la main sur le mouvement, pensant arriver à leurs fins révolutionnaires, provoquant rapidement la dislocation du mouvement que l'on sait, le réduisant à un noyau de hasbeen indépendantistes, d'anarchistes, et d'illuminés.
    Et vous pensez sincèrement que personne n'est dupe de cette tromperie ? Vous nous prenez vraiment pour des enfants, des débiles ou des immatures selon vos propres termes !
  • Ergo sum - 05.02.2018
    Effectivement, je finis par devenir méprisant vis-à-vis de ceux qui oeuvrent tant pour le mériter.
    Pour vous, tous ce qui énoncent rien qu'une proposition de réflexion sont nécessairement "anti-démocratiques, d'ultra-gauche et ultra-droite guyanais et révolutionnaires et indépendantistes et anarchistes, et d'illuminés".
    Anti-ultra- blabla. N'importe quoi.
    Vous êtes prêts à raconter n'importe quelle connerie pourvue qu'elle défend l'immobilisme mortifère. Vous êtes si stupides que vous n'avez jamais saisi le début de mon discours. La réflexion vous est interdite et vous voulez l'interdire aux autres.
  • Paassy - 05.02.2018
    Ah mais détrompez vous. Pour ma part j'appelle de mes vœux une réflexion intelligente, pragmatique et dépassionnée sur une évolution statutaire, basée au préalable sur un constat lucide et sans tabous de la situation actuelle.
    Ce n'est pas le cas aujourd’hui.
    Le changement statutaire est porté par des gens dont la pensée repose sur des ressentiments et un revanchisme historique qui n'a plus lieu d'être, ainsi que des conceptions raciales et dominatrices totalement condamnables.
    L'exemple du drapeau indépendantiste, symbole mêlant panafricanisme et idéal socialiste, est totalement incongru pour espérer fédérer la population Guyanaise et en premier lieu les peuples premiers, inconcevablement exclus. Il illustre bien cette pensée violente d'imposer à tous quelque chose, dans la parfaite conscience d'être incapable de susciter en raison de ses fondements pourris, une libre adhésion générale.
    Et vous pouvez me taxer de tous les noms d'oiseaux si ça vous chante, cela ne changera en rien mes convictions.
  • RAF973 - 05.02.2018
    Bonjour
    Je n'arrive toujours pas à comprendre comment ce drapeau a put être imposé de la sorte. Il rassemble qui ? est représentatif de quoi ? Rien du tout !
    Vous avez bien résumé la situation.
  • Ergo sum - 05.02.2018
    Vous appelez à une" réflexion intelligente, pragmatique et dépassionnée" sur une évolution statutaire ?
    Vous ?
    Vous, dont le "constat lucide" est le "changement statutaire est porté par des gens dont la pensée repose sur des ressentiments et un revanchisme historique, des conceptions raciales et dominatrices totalement condamnables" ?
    Votre discours est le plus hypocrite que ce forum ait connu depuis son existence. Un véritable sketch.
    Je n'ai aucune illusion sur votre capacité d'évolution, soyez-en sûr.
  • Ergo sum - 04.02.2018
    Martin
    Le président du Niger est catastrophé, lui aussi, par la démographie de son pays. Mais bon, pour la majorité des élus guyanais telle la tête da la CTG "la jeunesse est une richesse".
    Ce Moussa nomme bien ces démagogues : cons et incompétents, qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez.
    Notez quand même qu'en Guyane l'immigration et natalité vont de paire.
    En Afrique, c'est la natalité et l'émigration qui vont de paire...
  • MartinEden - 04.02.2018
    “Le courage n'est rien sans la réflexion.”
    L'immigration à bon dos. C'est notre natalité qu'il faut contrôler avant tout ! Et ce n'est pas une question de frontières poreuses mais de décisions politiques courageuses.

    « Déjà en 1994, en tant que député, je proposais la dégressivité des aides sociales à partir du troisième enfant pour limiter la natalité en diminuant les retombées financières qui en découlent. »
    Léon Bertrand

    Moins d'enfants pour une meilleure éducation (établissements non surpeuplés, formations disponibles au lycée à tous les collégiens en 3ème,...)

    Moussa Mara (candidat à la présidentielle du Mali) dans lemonde.fr
    « Au Mali, la démographie a plombé le système éducatif. »
    Vous voyez une jeune femme malienne qui a 6-7 gosses, elle ressemble à quelqu'un qui en a 50 ! Et ça, c'est partout ! Elles n'ont pas le temps de s'occuper d'elles-mêmes, elles se limitent à reproduire, reproduire… Et si la vie est désespérée, ce qui reste à faire, c'est d'espérer pour l'au-delà ! »
    « Mais il faut d'abord accepter de dire que c'est un problème. Ce n'est pas encore le cas, j'ai eu des débats au conseil des ministres, certains disaient que non, notre territoire est vaste, il faut le peupler, la démographie est même encore insuffisante. Des ministres ! »
    « Ils sont cons et incompétents, ils ne voient pas plus loin que le bout de leur nez ! »
    Moussa Mara (candidat à la présidentielle du Mali) dans lemonde.fr
  • Ergo sum - 03.02.2018
    Joko973

    Votre intérêt personnel dans la situation actuelle vous fait perdre la tête. Vous devenez grave.
    D'après vous, tous ceux qui proposent un changement de statut sont de l'UTG ou semblable. Votre affirmation est idiote.
    Vous listez quelques failles de souveraineté, toutes failles dues au statut actuel, pour accuser gratuitement les tenants d'un changement institutionnel d'avoir renforcé l'insécurité.

    Vos propos sont décousus, gratuitement méchants et complètement débiles sur le fond. Prenez du repos au lieu d'infecter le forum avec vos idioties. C'est la première priorité.
    Désolé de lever la voix, vous m'y obligez.
  • Paassy - 05.02.2018
    Joko973 n'invente rien, il énonce des faits. Ces faits sont incontestables, le 28 mars 2017, nous avons tous marché contre l'insécurité. Ce n'est parce que les mouvements racialo-indépendantistes ont forcé la population à subir leurs revendications qui sont elles bien débiles et infondées, en interdisant les libertés fondamentales, qu'elles sont devenues légitimes. Vous débarquez de la Corée du Nord ?
12

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION