ACTUALITé - ÉDUCATION / SANTé / ENVIRONNEMENT

« L'offre de formation se diversifie en Guyane »

France-Guyane 14.02.2017
Propos recueillis par Prince ESSONNE M'FOULOU-ZÉ

0RÉAGIR

« L'offre de formation se diversifie en Guyane »
Hervé Blondeau, jeudi, sur le forum post-bac de Cayenne (PEM)

Les forums post-bac organisés la semaine dernière à Cayenne et Saint-Laurent ont permis aux lycéens de se renseigner sur leur future orientation. Hervé Blondeau, directeur du centre d'information et d'orientation, fait le point.

Pourquoi organiser ce forum post-bac ?
L'orientation des jeunes est quelque chose d'important, parce qu'elle engage leur avenir. Les élèves sont préparés au sein de leurs établissements respectifs par des conseillers d'orientation qui les aident à construire leurs projets à travers des réunions collectives. Ils les reçoivent aussi en entretiens individuels pour des conseils personnalisés. Les jeunes remplissent des questionnaires d'intérêt professionnel qui fixent leurs centres d'intérêt, leur motivation. C'est au terme de ce processus qu'ils peuvent choisir la filière qui leur correspond le mieux.
Il s'agit donc de leurs propres choix...
Nous faisons en sorte que les élèves fassent leur choix de manière volontaire, personnelle, délibérée. Nous ne choisissons pas à leur place. Nous tenons compte principalement de deux choses : la personnalité et les intérêts des jeunes, leurs capacités et leur motivation ; et d'un autre côté, l'offre de formation et les besoins du marché du travail.
Comment jugez-vous l'offre de formation en Guyane ?
L'offre de formation s'améliore et se diversifie. Tout n'est pas encore préparé sur place. Mais, au niveau du BTS, nous avons déjà pas mal de possibilités dans le domaine tertiaire, dans le commerce, l'administration, la gestion, l'hôtellerie, le tourisme. Il y a l'institut des soins infirmiers, une école qui forme aux métiers sociaux, une école de commerce, des DUT. L'université de Guyane, quant à elle, offre des filières dans les domaines scientifiques, du droit, de la littérature, etc.
Quelles difficultés rencontrez-vous ?
La plus grande difficulté, c'est quand on rencontre des élèves qui n'ont pas de projet, qui ne savent pas quoi faire. Un autre type de difficulté, c'est quand la formation n'existe pas en Guyane. Il faut partir de la Guyane pour les Antilles ou pour la Métropole, avec toutes les contraintes que cela implique.
Plusieurs jeunes se plaignent d'être mal orientés...
Ce que nous disons aux jeunes, c'est que ce n'est pas nous qui les orientons. Ce sont eux-mêmes qui doivent choisir leur orientation. Il faut qu'ils sachent que dans toute démarche d'orientation, il y a à la fois la conception du projet tel que l'intéressé se le représente et il y a les contraintes. Les conditions d'accès, le nombre de places offertes, le dossier scolaire. Il faut tenir compte de ses propres réalités et de celles qui constituent l'offre. Et dès l'instant où on a fait un choix, il faut faire le deuil des autres options.
ILS ONT DIT
Alexandra Pierre-Louis, lycée Max-Joséphine (à droite) : Aucun de mes choix n'était représenté
(PEM)
Je n'ai pas vraiment trouvé mon compte. Je recherchais la douane et la gendarmerie. Mais ils n'étaient pas là pour répondre à mes questions. La douane ne vient jamais. J'aurais également voulu rencontrer des hôtesses de l'air, puisque c'est également un métier qui m'attire. Là aussi, il n'y avait personne. Aucun de mes trois choix d'orientation n'était représenté. Mais bon! Au stand du lycée Gaston-Monnerville, ils ont pu me donner quelques tuyaux pour hôtesse de l'air. Ça ne m'avance pas vraiment à grand-chose. Mon premier choix, c'est devenir douanière.
Dimitri Masse, lycée Max-Joséphine : Maintenant, je sais ce qui me fait envie
(PEM)
Nous avons eu plusieurs séances pour préparer le forum post-bac. Sur un plan personnel, j'étais déjà bien préparé par rapport à ce que j'ai envie de faire. Et là, j'ai des confirmations sur le type d'études qui me convient pour la suite. Le forum est plutôt bien organisé. Les élèves sont bien accueillis et bien renseignés. Maintenant, je sais ce qui me fait envie. Je veux construire un building à Dubaï (rires), avec mon nom écrit en grand sur le fronton : Masse Dimitri, en lettres lumineuses. Comme à Las Vegas! Je sais que ça passe par beaucoup de travail. Mais j'ai de bonnes notes et je dois faire de hautes études de commerce. C'est presque dans la poche!
Anaëlle, lycée Max-Joséphine (à gauche avec deux copines) : Pas assez de filières BTS en Guyane
(PEM)
Jusque-là, j'étais un peu confuse concernant mon orientation. Mais le forum post-bac m'a permis de préciser mes pensées. Cependant, j'aimerais tout de même faire remarquer qu'en Guyane, il n'y a pas assez de filières BTS. Les jeunes Guyanais doivent très souvent partir pour la Métropole pour poursuivre leurs études. J'aimerais passer un BTS banque. Je suis obligée de partir. Heureusement qu'il existe différents types d'aides. Mais il faut quand même s'éloigner de la famille. Sur ce dernier point et pour ce qui me concerne, ça ne me dérange pas trop. La vie est belle. Il faut la vivre!
0
VOS COMMENTAIRES

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION