ACTUALITé - ÉDUCATION / SANTé / ENVIRONNEMENT

Les arbres morts du lac de Petit-Saut enfin exploités

France-Guyane 08.11.2017
Emmanuelle JOLIVET

3RÉAGIR

Les arbres morts du lac de Petit-Saut enfin exploités
Deux entreprises envisagent d'exploiter les arbres submergés du lac de Petit-Saut (photo d'archives)

Les entreprises Voltalia et Triton souhaitent récupérer les bois submergés à la mise en eau du barrage, d'ici 2020-2021. La première pour alimenter sa centrale électrique de Kourou, la seconde pour la fabrication de palissades et de mobilier extérieur.

.Vingt-trois ans après la mise en eau du barrage, sur le Sinnamary, les arbres morts du lac de Petit-Saut seront-ils enfin exploités ? L'entreprise canadienne Triton et la société Voltalia l'envisagent, à l'horizon 2020-2021. Elles souhaitent exploiter et valoriser les arbres morts et la biomasse du lac. Le paysage de cette forêt de bois mort ne disparaîtra pas pour autant, puisque les deux sociétés n'exploiteront que les arbres submergés.
Ces deux entreprises ne sont pas les premières candidates à l'exploitation des arbres de Petit-Saut. Mais pour la première fois, le projet semble se concrétiser. Les demandes d'autorisation administrative, d'urbanisme et environnementale sont en cours. Triton travaille sur la faisabilité de ce projet.
La majorité des troncs d'arbres submergés sera transformée en biomasse par l'entreprise Voltalia et utilisée pour produire de l'électricité. Triton coupera des arbres au niveau du lit du lac. Le bois sera dédié à l'exportation pour la fabrication de palissade et de mobilier extérieur...
Cette exploitation aura un nouvel impact environnemental sur ce lac qui a déjà un passif en la matière (lire ci-contre) . L'Office national des forêts, interlocuteur entre la Direction de l'environnement, de l'aménagement et du logement (Deal) et les entreprises, souhaite l'exploitation de cette biomasse sous-marine tout en minimisant l'impact environnemental. Pour son directeur Éric Dubois, « tout projet d'exploitation à un impact environnemental. On ne peut pas mettre le territoire sous cloche. »
Un projet « bénéfique pour l'environnement »
Rémi Girault, de l'association environnementale Sepanguy, délivre un accord de principe sur cette exploitation des arbres morts de Petit-Saut Les retirer « serait bénéfique pour l'environnement » : « Petit-Saut aurait été, sur vingt ans, six fois plus polluante qu'une centrale de fuel de puissance équivalente » , selon ses calculs. La raison : les arbres, en se décomposant dégagent du méthane. « Il se combine au mercure libéré par les activités d'orpaillage » et crée du méthyl-mercure, une substance hautement toxique qui contamine les poissons du Sinnamary. Triton a demandé au Groupe d'étude et de protection des oiseaux de Guyane (Gépog) une étude d'impact sur la présence d'oiseaux dans la zone.
3
VOS COMMENTAIRES
  • rusty - 10.11.2017
    Envahisseur
    Tjrs l'extérieur qui vient et se sert dans ce foutu pays...a quand des industries Guyanaise, à quand un véritable développement ici...nos élus permettent que le développement de logement sur le territoire, des cages!! Mais réveillée vous bon sang ouvrez les yeux sur le devenir de la Guyane!!!
  • Merci - 08.11.2017
    Et on parle ensuite d energie renouvelable, d energie propre...petit saut plus polluant qune centrale a fuel...laissez moi rire...

  • dabo - 09.11.2017
    Des centaines de millier de tonnes de matières organiques laissées à pourrir au fond de l’eau, ça produit beaucoup de gaz carbonique et de méthane. Oui, ça pollue énormément!
1

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION