ACTUALITé - ÉDUCATION / SANTé / ENVIRONNEMENT

« Notre ambition : rendre les étudiants davantage acteurs de leur formation »

France-Guyane 07.09.2018
Angélique GROS

0RÉAGIR

« Notre ambition : rendre les étudiants davantage acteurs de leur formation »
(photo d'archives)

Une nouvelle année universitaire commence pour les quelque 4300 étudiants attendus à l'Université de Guyane (UG). Antoine Primerose, son président, répond à nos questions et explique quels sont les grands chantiers à venir.

Quelles sont les grandes nouveautés, cette année, à l'Université de Guyane ?
Notre coeur de métier, c'est en partie la formation. Donc on a étoffé l'offre en direction du professorat, notamment en histoire géographie. On continue à faire monter en puissance les autres diplômes avec l'ouverture de licences 2. L'un des gros chantier cette année va être la mise en oeuvre de la loi Orientation réussite étudiante, avec la mise en place des tutorats et des parcours personnalisés visant à mieux accompagner les étudiants en première année de licence. On a reçu des postes et des crédits supplémentaires à hauteur de 300 000 euros environ. L'idée, c'est de mieux accompagner les fameux étudiants « Oui, si » de Parcoursup (étudiant ayant une place dans la formation si et seulement s'ils acceptent de suivre un parcours personnalisé, ndlr). Nous n'avons pas fait de sélection, on a accepté tous le monde, mais on a proposé à des étudiants des parcours personnalisés.
Contrairement à ce qui s'est passé dans l'Hexagone, Parcoursup n'a donc pas posé problème en Guyane ?
Non, nous avons pas eu de gros soucis et on peut encore accueillir des étudiants.
Est-ce que certaines composantes sont victimes de leur succès et donc plus sélectives ?
On a limité les capacités d'accueil de la filière administration économiques et social (AES) à 350 car, l'année dernière, on est monté à 400 élèves. On a aussi des filières sélectives mais plus en terme de maîtrise de connaissances et de certaines compétences comme l'institut universitaire de technologie (IUT), la première année d'étude d'accès aux études de santé (Paces) et les licences pro de manière générale, qui ne concernent que rarement les premières années.
Quelles sont les formations les plus demandées ?
AES, mais c'est un peu une filière par défaut car en Guyane, on a beaucoup de bachelier ES et c'est la filière où il y a finalement le plus de choix, en termes de parcours, avec deux spécialisations en licence et trois en master. Ensuite, il y a le droit et les formations scientifiques, sciences de la vie et de la terre notamment. Cette année, davantage d'élèves se sont inscrits en Paces car le numerus clausus a augmenté, ils ont plus de chance de réussite en Guyane que dans des facs hexagonales.
Comment évolue la formation à distance ?
On continue à penser son développement stratégique. Notre taux de réussite est bien inférieur aux taux nationaux donc il y a un enjeu et ça passe aussi par le fait de rendre les étudiants davantage acteurs de leur formation et en partie par la modernisation des cours. On ne propose pas de formation pure à distance mais uniquement hybride, c'est-à-dire que les cours magistraux sont pour moitié en présentiel et pour moitié en distanciel avec un certains nombre d'activités. Ça permet aux étudiants de travailler à leur rythme et de les rendre davantage participatifs quand ils ont cours avec le professeur.
Il était question de la création d'un Mooc, une formation en ligne ouverte à tous, l'année dernière...
Oui, c'est un projet prévu dans l'action Territoires d'innovation pédagogique du troisième Programme d'investissements d'avenir. Le premier vise à accompagner les élèves et leurs familles dans l'élaboration d'un projet de poursuite d'études. Il devrait être prêt en novembre. Le second devrait être prêt en janvier et visera à aider à l'orientation des lycéens.
Comment avance le projet de bâtiment pour le numérique et la recherche ?
On a lancé un appel d'offre mais les propositions étaient trop élevées donc nous sommes en train de retravailler le projet avec l'architecte. C'est quand même un investissement de 10 millions d'euros...
Qu'en est-il du département recherche ?
On a mis en place un comité d'expert pour le suivi et l'évaluation de la recherche à l'Université de Guyane. Il devrait se réunir d'ici à la fin de l'année afin de faire le point sur la recherche qui est développée à l'UG et faire des recommandations pour continuer à renforcer et améliorer ce secteur.
Des travaux ont commencé à l'IUT de Kourou...
Oui, on est un peu à l'étroit avec la nouvelle formation DUT génie civil et construction durable. Il manque des bureaux pour les personnels, de nouvelles salles de travaux pratiques, etc. La première phase devrait-être livrée en février. Le montant des travaux est estimé à plus de 2 millions d'euros. Une autre opération va aussi démarrer avec la construction du bâtiment de l'administration générale au campus Troubian. Elle va permettre de rassembler tous les bureaux administratifs qui sont dispersés pour l'instant : 5 millions seront nécessaires pour ce chantier qui devrait s'achever fin 2019.
Comment avance le projet de pôle universitaire à Saint-Laurent ?
Un bureau d'étude nous accompagne pour l'étude de faisabilité de cette antenne. Le comité de pilotage s'est déjà réuni une première fois au mois de juin et doit se réunir en octobre pour une phase de validation du diagnostic. Il s'agit de définir le contenu, le scénario d'implantation, le nombre d'étudiants, le type de locaux, etc.de l'antenne. On se fixe une échéance au premier semestre 2019 pour valider cette étude et commencer à voir avec les différents partenaires et notamment notre ministère de tutelle comment on peut financer et porter un tel projet.
Les inscriptions à l'Institut universitaire de formation continue de l'UG, accessibles à tous les publics sans condition d'âge ou de niveau d'études, sont ouvertes jusqu'au 14 septembre sur St Laurent du Maroni, Saint-Georges de l'Oyapock, Cayenne et Kourou.
ILS ONT DIT
Idris Sadli, directeur de l'IUT : « On manque de moyens »
« La rentrée s'est globalement bien passée. Nous avons eu quelques problèmes car le classement fait par l'IUT n'a parfois pas été respecté par le logiciel de Parcoursup géré par le rectorat. Mais finalement, les étudiants ont pu commencer les cours hier. Nous accueillons environ 270 étudiants cette année, dont 13 dans la nouvelle filière DUT génie civil et construction durable. Nous avons pu recruter deux enseignants mais il est évident que, l'année prochaine, il faudra qu'on recrute davantage. On manque de moyens. On a une vingtaine d'enseignants titulaires et entre 60 et 90 vacataires. Normalement un IUT devrait avoir 50% d'effectif titulaire... »
Marie-Gabrielle Hadey Saint-Louis, directrice-adjointe du département lettres et sciences humaines : « L'équipe pédagogique est en place »
« On est dans les réunions en ce moment. La rentrée se passe plutôt bien surtout au regard de l'année dernière ou encore de l'année d'avant, il y a une nette amélioration. Au niveau de Parcoursup on a encore pas mal de demandes mais on n'a pas eu de difficultés au niveau de la chaîne d'inscription. L'équipe pédagogique est en place avec quelques enseignants manquants, mais ça va être résolu d'ici la fin du mois. Comme l'année dernière, nous faisons passer des tests de niveaux pour les langues afin de constituer des classes par niveaux débutant, intermédiaire ou avancé. Cette année il est aussi prévu que nous nous appuyions davantage sur la plateforme numérique pour mettre à disposition des étudiants des contenus à distance. »
À NOTER
- Des élections générales concernant le renouvellement des instances et des conseils de l'Université de Guyane auront lieu en novembre.
CHIFFRES CLÉS
- L'UG compte 121 enseignants titulaires cette année dont 12 nouveaux recrutements. Cet effectif est complété par 400 vacataires et il est amené à évoluer car des postes sont encore à pourvoir.
- 4 300 élèves sont attendus.
- 8 nouvelles formations ont été lancées cette année en plus de l'ouverture de licences 2 d'anglais et d'informatique : licence professionnelle Tourisme, licence pro Commerce et distribution en alternance, master de l'enseignement, de l'éducation et de la formation Histoire-Géographie, licence pro MGC (Métiers de la gestion et de la comptabilité option gestion comptable et financière), licence pro Métiers de la gestion des Ressources Humaines en formation continue), master Énergie, licence pro RNF GED (Ressources naturelles et de la forêt option Gestion des eaux et des déchets) et le DUT Génie civil et construction durable.
0
VOS COMMENTAIRES

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION