ACTUALITé - ÉDUCATION / SANTé / ENVIRONNEMENT

Total minimise les craintes de Greenpeace

France-Guyane 16.05.2018
Marine JACQUES

0RÉAGIR

Total minimise les craintes de Greenpeace
La carte du permis Guyane maritime publiée par Total (DR)

Le groupe pétrolier, titulaire d'un permis de recherches d'hydrocarbures en Guyane, a répondu aux alertes de Greenpeace. La zone du forage prévu en 2019 serait située à 30 kilomètres du récif que l'organisation de protection de l'environnement appelle à préserver.

Le public est venu en nombre, samedi au cinéma Eldorado à Cayenne, pour assister à la restitution des recherches effectuées au large des côtes guyanaises par l'organisation internationale de protection de l'environnement, Greenpeace. Ces recherches ont permis de constater que le récif de l'Amazone, dont la présence avait été avérée dans les eaux brésiliennes en 2016, s'étend au domaine maritime guyanais. Ce biome, d'une superficie estimée à 56 000 km2, s'apparente à du corail et héberge plusieurs micro-organismes. Selon les scientifiques qui étaient à bord du bateau de Greenpeace, l'analyse des échantillons devrait permettre des découvertes significatives. Aussi, l'organisation non-gouvernementale (ONG) appelle le gouvernement français « à tout mettre en oeuvre pour protéger ce biome face aux ambitions de Total » .
La compagnie pétrolière a déposé une demande d'autorisation de forage auprès de la préfecture de Guyane pour réaliser un premier puit d'exploration début 2019. Ce, dans le cadre du permis de recherches d'hydrocarbures, dit « Guyane maritime » , dont le groupe Total est le seul titulaire. Si les recherches sont fructueuses, Total pourrait être autorisé à se lancer dans l'exploitation pétrolière au large de l'embouchure de l'Amazone.
L'ÉTUDE D'IMPACT N'EST PAS ENCORE PUBLIÉE
Pour Greenpeace, les forages représentent des risques de dégradation des fonds marins, dont le récif de l'Amazone, et de marée noire. La multinationale a répondu à l'ONG par la voie du communiqué de presse : « Ce plateaux rocheux a fait l'objet d'une cartographie détaillée sur une superficie de 650 km2. Il est situé à près de 100 mètres de profondeur alors que la zone de forage est localisée à plus de 2000 mètres de profondeur et est située à 30 kilomètres du plateau rocheux. »
L'étude de l'état environnemental initial et des impacts potentiels liés aux opérations que le groupe pétrolier a effectué a été jointe à la demande d'autorisation d'ouverture de travaux, remise au préfet de Guyane Patrice Faure. Elle sera publiée dans le cadre de l'enquête publique, une étape réglementaire, qui se déroulera du 23 juillet au 23 août. Quant au risque de marée noire, Total avait tenté d'apaiser cette crainte dans notre édition du 12 décembre 2017. « En cas d'accident, nous pourrons mobiliser des moyens à Cayenne et internationaux avec des fournisseurs d'équipements qui pourront mobiliser des systèmes pour fermer les puits si besoin » , avait déclaré Christiane Eygun, responsable hygiène, sécurité et environnement à Total. Mais les craintes sont loin d'être apaisées à en juger par les interventions des citoyens lors de la restitution publique de Green- peace, samedi à l'Eldorado. L'enquête publique devrait permettre d'avoir plus d'informations sur les moyens et les intentions de Total.
Le récif de l'Amazone, un biome proche d'un récif coralien, photographié par Greenpeace (DR)
0
VOS COMMENTAIRES

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION