ACTUALITé - ÉDUCATION / SANTé / ENVIRONNEMENT

MATOURY - Un autre visage pour Comou, Kombo et Terca

France-Guyane 07.06.2018
Bernard DORDONNE

1RÉAGIR

Un autre visage pour Comou, Kombo et Terca
Une vue aérienne des quartiers concernés par le projet (DR)

Une intervention urbaine d'envergure sur les trois quartiers a été lancée vendredi à la mairie avec la signature du protocole de préfiguration du projet de renouvellement urbain. Cette nouvelle zone sortira de terre en 2025.

Le maire de Matoury Serge Smock a signé vendredi le protocole de préfiguration du projet de renouvellement urbain de la ville de Matoury. Le projet a été approuvé, lundi, lors du conseil communautaire de la communauté d'agglomération du Centre littoral (CACL) ainsi qu'au conseil municipal. Il s'agit d'un projet ambitieux concernant la résolution des problématiques foncières des quartiers Kombo, Comou et Terca dont l'engagement politique date de 2014.
Le budget global de l'opération s'élève à 1 145 000 euros. Le protocole de préfiguration signé vendredi a lancé les études du projet qui devront durer deux ans. La convention de l'Anru (Agence nationale pour la rénovation urbaine) et le programme de travaux seront signés au cours du premier trimestre 2020.
Serge Smock a fait de ce projet un objectif prioritaire de son mandat : « Cette action ne doit plus se concevoir de manière empirique et fragmentée mais au contraire, il convient qu'elle soit prise dans sa globalité et que les enjeux territoriaux, socio-économiques et environnementaux soient clairement identifiés. »
Les quartiers informels Kombo, Comou et Terca concernés par la signature du protocole de préfiguration du projet de renouvellement urbain sont situés dans le nord-est de Matoury. Ils sont limitrophes des villes de Cayenne et de Rémire-Montjoly, le long de la Crique fouillée derrière le centre commercial. Ce sont des extensions du quartier de Cogneau-Lamirande qui fait l'objet depuis 2005 d'une opération communale de résorption de l'habitat insalubre.
PRÈS DE 90% DES TERRAINS SONT DES PROPRIÉTÉS PRIVÉES
Lors de la présentation aux différents partenaires, le maire de Matoury a rappelé qu'il y avait une faible maîtrise foncière publique sur les trois quartiers concernés : « 88% des terrains sont des propriétés privées, l'Etat détient environ 13 hectares de foncier et la ville de Matoury n'est propriétaire d'aucune parcelle » , a souligné Serge Smock en faisant état de fortes contraintes environnementales dans la zone d'étude. « Elle se compose d'îlots de terre exondés entourés de zones marécageuses en liaison hydraulique avec le canal de la Crique fouillée avec un risque d'inondation en forte saison des pluies. »
Pour le premier édile de Matoury, les orientations stratégiques de la ville sont indéniables. Il s'agit de retrouver la maîtrise du développement urbain et de lutter contre l'habitat indigne ; d'améliorer la qualité du cadre de vie et l'attractivité des quartiers ; de renforcer le dialogue, la concertation et l'implication des habitants dans l'élaboration et à la livraison des projets urbains.
Cette intervention urbaine d'envergure sur le secteur de Comou, Kombo et Terca permettra notamment de faire diminuer les pressions foncières au niveau de l'agglomération, de désengorger la RN2 et la RD 24 et d'améliorer les liaisons interquartiers.
1
VOS COMMENTAIRES
  • MONSIEUR GUYANE - 09.06.2018
    el les squatteurs ?
    que fera t'on des squatteurs indésirables qui polluent la zone TERCA ? Va t'on les obliger à indemniser les propriétaires de terrains qu'ils ont dérobé? va t'on le mettre dehors ?
1

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION