ACTUALITé - FAITS DIVERS / JUSTICE

TÉLÉVISION - ATV : trois jours pour « gonfler » les offres

franceguyane.fr 28.02.2018
R.L (France-Antilles Martinique)

0RÉAGIR

ATV : trois jours pour « gonfler » les offres
Un candidat à la reprise n'est positionné que pour la partie guyanaise.

Le tribunal mixte de commerce de Fort-de-France a renvoyé le dossier de reprise de la chaîne télévisée privée à mardi prochain, considérant que les offres étaient, à ce stade, insuffisantes financièrement et manquaient de garanties.

L'avenir d'ATV en Martinique, Guadeloupe et Guyane reste en suspens. Hier, le tribunal mixte de commerce de Fort-de-France a de nouveau renvoyé le dossier au 6 mars prochain. Les juges ont fixé aux repreneurs déclarés jusqu'à ce vendredi midi pour améliorer leurs offres respectives. Ils ont estimé qu'aucun des deux projets pour une reprise de Media H (qui englobe l'ensemble de la production et de la diffusion ainsi que les rédactions de Guadeloupe et Guyane) ne présentait les garanties financières suffisantes. Le troisième candidat à la reprise n'est positionné que pour la partie guyanaise. La rédaction de Martinique fait, quant à elle, l'objet d'une entité juridique distincte depuis 2014 lors de la reprise d'ATV par Jean-Michel Hégesippe.

Aussi, le tribunal n'a que très brièvement entendu les deux principaux candidats hier. D'un côté, le premier projet est porté par la société AFM TV, qui a déjà une expérience en Guadeloupe avec la chaîne télévisée privée ETV (détenue par Jean-Yves Frixon et le groupe Blandin). Elle se positionne sur la reprise des 54 salariés. Le projet mise sur le développement de la production locale. « 1,6 million d'euros sont investis aujourd'hui pour rediffuser TF1 et M6. Nous voulons arrêter cela et récupérer cet argent pour l'investir dans de la production locale » , décrit Mario-Constant Moradel. « En revanche, nous allons garder BFM TV » . AFM TV mise sur la solide expérience d'ETV, présente depuis 33 ans en Guadeloupe, pour réussir ce pari. 1,6 millions d'euros sont prévus en trésorerie pour permettre de relancer la machine.
VENDREDI MIDI, DERNIER DÉLAI

Le second candidat à la reprise de Media H est la société Smart Consulting, basée à Paris, associée à un certain nombre de reprises ou de démarrages de médias. Hier, Gilles Camouilly, le représentant présent à l'audience, a fait valoir une expérience d'environ 25 ans dans les médias audiovisuels (TF1, France TV, France Ô...). Associé à Bernard Chaussegros, le Martiniquais d'origine, également consultant médias, dit s'appuyer sur un actionnaire de référence, Bruno Ledoux, président du réseau national de télévisions locales, Vià. « Ce projet de reprise d'ATV, c'est d'abord, à titre personnel, la rencontre entre mes racines et mon métier. Plus globalement, nous avons une offre précise, ambitieuse et la volonté de continuer sur les trois départements avec des fonds très sérieux, tous issus de professionnels des médias » .

Les deux candidats ont jusqu'à vendredi midi pour améliorer leurs offres et apporter les garanties financières demandées. Un nouveau délai dont se serait bien passé le personnel. « On commence à être fatigués de ne pas voir l'issue de cette procédure judiciaire. Ce que l'on souhaite, c'est la sauvegarde de nos emplois et la poursuite de production d'un journal local, pour cette chaîne que nous aimons et pour laquelle nous nous sommes beaucoup investis. »
0
VOS COMMENTAIRES

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION