ACTUALITé - FAITS DIVERS

Il importait illégalement des voitures américaines

franceguyane.fr 19.12.2018
Michel LE TALLEC

2RÉAGIR

Il importait illégalement des voitures américaines

Un garagiste de Rémire-Montjoly est soupçonné d'escroquerie en bande organisée. Le préjudice s'élèverait à presque un million d'euros. 

Importer des voitures américaines en Guyane, c’est possible, à condition de le faire en accord avec la réglementation française. Un garagiste de Rémire-Montjoly et trois de ses complices s’en sont affranchis : ils devront répondre d’escroquerie en bande organisée.
Cuba n’a pas l’apanage des belles (voitures) américaines, il y a en a aussi en Guyane. Sauf que certaines d’entre elles y sont arrivées dans la plus parfaite illégalité. C’est en tout cas ce qui ressort d’une longue enquête menée depuis le mois de février 2015 par le GIR (groupe d’intervention régional), la brigade de gendarmerie de Rémire-Montjoly et le SCRCGN (Service central de renseignement criminel de la gendarmerie nationale) basé à Cergy-Pontoise (Val d’Oise). L’objet de cette enquête : un garage implanté à Rémire-Montjoly, et dont la spécialité est l’importation en Guyane de véhicules achetés principalement sur le territoire des États-Unis.

Rien d’illégal à cela, si ce n’est que le gérant dudit garage a été incapable de fournir aux enquêteurs les documents autorisant les véhicules à circuler en conformité avec la réglementation française.
Des voitures francisées à Saint-Martin
«Et pour cause, précise une source proche du dossier. Pour pouvoir fournir ces documents, il aurait fallu que les voitures en question soient vérifiées par l’Utac (Union technique de l’automobile et du cycle), ce qu’on appelait auparavant du terme familier des Mines, un organisme situé à Montlhéry (Essonne), en Métropole. Trop long, trop coûteux et donc pas rentable. Pour contourner la difficulté, le gérant avait monté une combine : les voitures transitaient par Saint-Martin, où elles étaient francisées par le biais de prête-noms et de faux documents, puis étaient acheminées vers la Guyane, et finalement vendues à des amateurs intéressés par ces grosses cylindrées. Outre le gérant en question, ont trempé dans la combine trois autres personnes, un vendeur de véhicules demeurant à Miami, un garagiste et un contrôleur technique résidant à Saint-Martin.»

Au terme de l’enquête, il est apparu que la combine présumé a permis d’introduire frauduleusement en Guyane 27 véhicules non conformes aux normes françaises, pour un préjudice total de plus de 900 000 euros. Les quatre personnes devront répondre de faits d’escroquerie en bande organisée, faux et usage de faux, exécution d’un travail dissimulé.

Leur affaire devait être évoquée à l’audience correctionnelle de mardi. Elle a été renvoyée au 24 septembre 2019 en raison de la grève des avocats. Les prévenus risquent sept ans de prison et 750 000 euros d’amende. Quant aux acquéreurs de ces véhicules, ils se sont constitués partie civile pour 24 d’entre eux.
2
VOS COMMENTAIRES
  • josy - 19.12.2018
    5 ans d aveuglement
    Depuis z04 ces mastodontes polluants avaient pignon sur rue au rond point âmes claires! Des fonctionnaires de la drire ont été mutés?
  • joko973 - 20.12.2018
    Non, c'est une spécificité guyanaise, les escrocs ont pignon sur rue. De même que les habitats spontanés de la taille de villages, bientôt de villes, grandissent au nez et à la barbe des autorités... vous avez dit "compétentes" ?
1

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION