ACTUALITé - FAITS DIVERS / JUSTICE

JUSTICE - Jean-Étienne Antoinette relaxé

franceguyane.fr 06.11.2018
P.R. & S.M.

0RÉAGIR

Jean-Étienne Antoinette relaxé
Jean-Étienne Antoinette s'est dit "soulagé" de cette décision et se réserve le droit de poursuivre l'actuel maire de Kourou François Ringuet pour "dénonciation calomnieuse" (photo d'archives)

L'ancien maire de Kourou et ancien sénateur était poursuivi pour favoritisme dans le dossier de l'installation d'un réseau de bus à Kourou en 2013. Il a été relaxé ce matin. Ses deux coprévenus, Jean-Luc Alais et Kévin Madeleine ont été, eux, reconnus coupables de faux et usage de faux. Ils sont condamnés à un mois de prison avec sursis et 30 000 euros d'amende. Le parquet a annoncé qu'il faisait appel de la relaxe de Jean-Etienne Antoinette. 

L'ancien maire de Kourou de 1996 à 2014 et ancien sénateur de 2008 à 2014, Jean-Étienne Antoinette, était poursuivi aux côtés de Jean-Luc Alais et Kévin Madeleine pour « favoritisme » dans le dossier de l'installation d'un réseau de bus à Kourou en 2013.

Il était reproché à Jean-Étienne Antoinette d'avoir favorisé l'attribution du marché à l'entreprise 3G2M (qui signifie 3egénération des Madeleine, ndlr), basée à Kourou et propriété de Kévin Madeleine (fils du maire de Sinnamary Jean-Claude Madeleine), au détriment de l'entreprise Transliberté, dont le siège social était basé en Guadeloupe.

Il était reproché à l'ancien maire ce choix alors que l'entreprise de Kévin Madeleine proposait une prestation plus chère que son concurrent. La différence est de taille : elle s'élève à plus de 900 000 euros sur les huit ans que devait durer la délégation de service public (DSP) mise en place à cette occasion.
50 000 EUROS DE PRÉJUDICE
Le second reproche fait à Jean-Étienne Antoinette concernait ensuite un délit de favoritisme supposé au sujet de l'avenant numéro un de ce marché public, qui a permis l'installation d'un système de vidéosurveillance par le prestataire de service pour le compte de la commune de Kourou. La somme imputée à ce choix s'élève à 49 880 euros, au préjudice de la ville de Kourou au bénéfice de l'enseigne Transhélène.

Au total, cette affaire de délit de favoritisme reprochée à l'ancien maire portait sur une enveloppe de 16 millions d'euros, qui comprend l'intégralité de la DSP, au profit de l'entreprise gérée par Kévin Madeleine.
RESPECT DES PROCÉDURES
Ces poursuites, engagées par le parquet de Cayenne, avaient été initiées suite à un dépôt de plainte de la part du nouveau maire de Kourou, François Ringuet.

Jean-Étienne Antoinette s'est dit "soulagé" de cette décision et se réserve le droit de poursuivre l'actuel maire de Kourou François Ringuet pour "dénonciation calomnieuse" (photo d'archives)
PLUS DE DÉTAILS DANS NOTRE PROCHAINE ÉDITION

0
VOS COMMENTAIRES

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION