ACTUALITé - FAITS DIVERS / JUSTICE

EN BREF - La Guyane salue Camille Alexandre

France-Guyane 12.02.2018

1RÉAGIR

La Guyane salue Camille Alexandre
(DR)
HOMMAGE. Le célèbre journaliste sportif de Martinique La 1re, connu aux Antilles et en Guyane, est décédé samedi matin, des suites d'un accident de la route.
Du haut de ses 64 ans, Camille Alexandre était présenté de manière unanime comme « la bible » du sport en Martinique.
Le journaliste qui a consacré sa vie à la couverture de toutes les disciplines dans son île et ailleurs, a perdu la vie, samedi alors même qu'il revenait d'un reportage sur un match de football.
Victime d'un choc frontal au volant de sa voiture, il aurait été percuté par un autre automibiliste qui effectuait un dépassement.
Transporté conscient à l'hôpital, il a succombé à un accident vasculaire cérébral quelques heures plus tard.
Les réactions n'ont pas tardé, et chez nous, les membres de l'Union de la presse francophone de Guyane par la voix de leur président, Frantz Montoban, ont salué la mémoire « d'un professionnel reconnu et apprécié par tous » .
Pour l'association, « sa voix reconnaissable entre toutes a animé les antennes radio et télévision des premières et restera longtemps gravée dans nos mémoires. »
Figure emblématique de la profession, il venait souvent en Guyane pour le travail et pour consolider les liens amicaux. Grand défenseur de la liberté d'expression et pilier important du club de la presse Martinique dans lequel il a occupé plusieurs fonctions, Camille Alexandre était un exemple et un conseiller pour ses confrères. »
La nouvelle de son décès ébranle bien au-delà de la Martinique comme le souligne Frantz Montoban : « Nous sommes tous éprouvés par cette perte douloureuse qui rejaillit sur l'ensemble de la profession et touche au-delà du monde francophone » , conclut-il.

À LIRE AUSSI

1
VOS COMMENTAIRES
  • xxl - 12.02.2018
    L'AUTODIDACTE
    C'était des hommes comme lui qui se forgeait, à force il est devenu une bibliothèque du sport, comme un certain léon zitrone.
1

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION