ACTUALITé - FAITS DIVERS / JUSTICE

JUSTICE - Le chauffeur tue un SDF : un homicide prémédité ?

France-Guyane 18.05.2017
Bryan FAHAM

0RÉAGIR

Le chauffeur tue un SDF : un homicide prémédité ?
Barthélémy Lucol écoute les conclusions d'un enquêteur qui n'a pas trouvé l'arme blanche avec laquelle la victime l'aurait menacé (dessin Ramon Ngwete)

La cour d'assises de Cayenne se penche jusqu'à aujourd'hui sur un meurtre vieux de dix ans : celui d'un SDF par le chauffeur d'une benne à ordures pendant son service.

C'est un procès dans lequel tout enfonce l'accusé, Barthélémy Lucol, 58 ans à l'époque des faits. Cet ancien chauffeur de benne à ordures est accusé du meurtre d'un SDF connu pour être toxicomane le 21 juillet 2007. Ils se sont croisés à deux reprises ce samedi après-midi. La seconde a été fatale au SDF de 34 ans.
À entendre son collègue de travail, avec lui lors du drame, tout porte à croire que le meurtre a été prémédité. Selon ce témoin, le chauffeur l'a laissé seul sur le trottoir pendant une quinzaine de minutes après la première altercation avec la future victime. Barthélémy Lucol, qui a écouté le témoignage de son collègue la tête baissée, explique qu'il est allé se soulager d'une envie pressante, une version qu'il n'avait pas donnée jusqu'à présent.
La cour s'est demandée s'il n'était pas plutôt allé chercher son fusil. Mais il n'avait pas le temps, selon un enquêteur. Et l'accusé insiste : le fusil était dans le véhicule avant le début de sa tournée.
LA RECHERCHE DE LA CONFRONTATION
Plus accablant, lorsque le chauffeur retrouve son collègue dans les environs du marché de Cayenne, il lui aurait demandé où était le SDF et serait reparti. L'accusé explique, avec une voix tremblante, qu'il a simplement eu peur. La cour se demande s'il n'est plutôt parti à sa recherche. Lorsque Barthélémy Lucol revient une quinzaine de minutes plus tard, il récupère son collègue pour rentrer au garage. C'est alors qu'il croise une seconde fois le SDF. Selon le collègue, le chauffeur aurait apostrophé sa victime en faisant référence au couteau qu'il avait lors de la première altercation. Le SDF, mécontent, serait venu vers le véhicule, en sautant. Le chauffeur aurait alors saisi son arme à l'arrière de son siège pour dégainer. Si plusieurs témoins mentionnent un couteau, à la main ou à la ceinture de la victime, l'enquêteur présent ne l'a pas trouvé.
Toute la journée, la cour a cherché à comprendre ce qui a mené à cette fin macabre. Elle a même entendu d'anciens chefs de Barthélémy Lucol qui ont expliqué que les chauffeurs doivent respecter un circuit. Mais ça n'a pas été le cas ce samedi, ce qui pousse l'avocat général à croire qu'« il aurait pu faire autrement, il n'a pas respecté le circuit » . Quant au dernier face-à-face, il aurait pu être évité, car le chauffeur « s'est arrêté volontairement vu que la collecte était terminée » , selon le président de la cour.
0
VOS COMMENTAIRES

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION