ACTUALITé - FAITS DIVERS / JUSTICE

JUSTICE - Meurtre de la poste de Baduel : un procès sept ans après

France-Guyane 13.03.2017
P.R.

1RÉAGIR

La cour d'assises de Guyane ouvre aujourd'hui le procès du meurtre de Steeve Lupon à Cayenne en juin 2010. Sur les deux accusés, un seul sera présent, l'autre étant toujours recherché.

Le 10 juin 2010, Steeve Lupon, un Cayennais de 28 ans, marié et père d'une fille, était abattu de deux coups de feu par deux braqueurs devant le distributeur de la poste de Baduel, à Cayenne. À l'époque, le meurtre avait provoqué une vive émotion en Guyane. Sept ans plus tard, on constate malheureusement que la fréquence des meurtres crapuleux n'a fait qu'augmenter dans le département.
Les meurtriers présumés de Steeve Lupon comparaissent à partir d'aujourd'hui aux assises. Sur les deux accusés, un seul est présent ce matin : Ormonde Clarke, 23 ans au moment des faits. Son complice Telly Morgan a quitté le territoire depuis les faits et ne serait plus revenu. Ormonde Clarke est largement connu de la justice. Présenté comme le tireur par plusieurs témoins, il affirme qu'il était à un anniversaire à Copaya (Matoury) ce soir-là. Après les faits, Ormonde Clarke a été mis en examen et laissé en liberté sous contrôle judiciaire avec interdiction de rentrer en contact avec les témoins et de se rendre dans son quartier de Mango.
PEUR DES REPRÉSAILLES
Le soir-même, il aurait pourtant menacé l'une de ses principales accusatrices. Il a alors été incarcéré. Quelques mois plus tard, Ormonde Clarke a été remis en liberté. Une autre femme a alors affirmé qu'il lui avait remis une arme en disant qu'elle avait servi à tuer Steeve Lupon. Le suspect est alors replacé en prison. Par peur des représailles, plusieurs témoins sont d'ailleurs revenus sur leurs déclarations quant à la présence ou non de Clarke à la fête d'anniversaire de Copaya. L'un d'eux, suite à ses déclarations incriminant Clarke, a même fait l'objet de pressions des amis de Clarke qui l'avaient agressé et lui avaient coupé les locks avant de les accrocher à Pascaline, en guise d'avertissements pour les éventuels autres témoins. Remis en liberté depuis, Ormonde Clarke a été placé sous contrôle judiciaire en 2012.
1
VOS COMMENTAIRES
  • crf973 - 13.03.2017
    "Sur les deux accusés, un seul est présent ce matin : Ormonde Clarke, 23 ans au moment des faits".
    Information prématurée apparemment puisqu'il était absent.
1

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION