ACTUALITé - FAITS DIVERS / JUSTICE

INFO FRANCE-GUYANE - Mikaël Mancée et Bertrand Moukin convoqués devant le juge

France-Guyane 23.02.2018
Bernard DORDONNE

0RÉAGIR

Mikaël Mancée et Bertrand Moukin convoqués devant le juge
Le 7 avril 2017, devant la Préfecture, quelques instants avant les faits (Gérôme Guitteau)

Mikaël Mancée et Bertrand Moukin sont mis en cause par la justice pour des violences contre deux commissaires de police au coeur de la mobilisation sociale, lors d'un rassemblement devant la préfecture. Ils seront convoqués par un juge d'instruction pour une mise en examen selon Éric Vaillant, le procureur de la République.

Le 7 avril 2017 est encore dans toutes les mémoires. Ce jour-là, une manifestation qui se déroulait devant la préfecture a dégénéré, les manifestants ont été gazés, le commissaire Terry a été grièvement blessé et transporté au centre hospitalier. Son collègue, le commissaire Nicolas Degolmard, venu en renfort à la direction du commissariat de police de Cayenne, a lui aussi été violenté. Ce même commissaire avait nommément identifié Mikaël Mancée, le leader des 500 Frères à l'époque, comme celui qui l'avait frappé et avait ensuite porté plainte contre lui.
Le procureur de la République avait ordonné une enquête confiée à la police judiciaire pour trouver le manifestant qui avait frappé et blessé le commissaire Terry.
MIKAËL MANCÉE RÉFUTE
France-Guyane révèle aujourd'hui en exclusivité le résultat des investigations des enquêteurs de la PJ. En effet, Mikaël Mancée avait réfuté lors de sa garde à vue du 20 décembre avoir frappé le commissaire Nicolas Degolmard, expliquant que des vidéos montrent qu'il a cherché à s'interposer entre le commissaire et la foule. Si lui, était certain de son innocence et du non-événement que constituait sa garde à vue, le parquet n'est pas aussi convaincu que le leader des Grands Frères, et figure de proue des mouvements sociaux de mars. Le procureur de la République a décidé de le poursuivre pour les violences contre le commissaire Nicolas Degolmard.
Concernant le commissaire Terry, l'enquête de la PJ met en cause Bertrand Moukin, un autre leader du mouvement social. C'est lui que la justice a mis en cause dans les blessures du commissaire Terry.
Le procureur de la République Éric Vaillant, que nous avons contacté confirme qu'il a ouvert le 20 février, une information judiciaire à l'encontre de Mikaël Mancée et de Bertrand Moukin pour les violences commises sur les commissaires de police Joël-Patrick Terry et Nicolas Degolmart le 7 avril 2017 devant la préfecture de Cayenne. « Un juge d'instruction a été saisi et c'est à lui que revient la décision de leur mise en examen » , a déclaré Éric Vaillant.
CONVOQUÉS DANS LA SEMAINE
Selon nos sources, Mikaël Mancée et Bertrand Moukin seront convoqués, dès la semaine prochaine, par le juge d'instruction. Ils seront mis en examen pour violence en réunion contre personne dépositaire de l'autorité publique. Des confrontations seront organisées dans le cabinet du juge d'instruction entre les mis en cause et les victimes. Après plusieurs semaines d'instruction, soit le juge décide d'un non-lieu, soit il poursuit Mikaël Mancée et Bertrand Moukin devant le tribunal correctionnel pour être jugés pour les faits qui leurs sont reprochés.

Le commissaire NicolasDegolmard (à droite) l'une des victimes lors de la manifestation du 7avril 2017 évite le regard de José Achille (GG)
GRANDE INCOMPRÉHENSION
Avec cette décision, la sérénité affichée par le leader des Grands Frères et son avocate, le bâtonnier Magali Robo-Cassildé à la sortie de sa garde à vue du 20 décembre, devrait se transformer en une grande incompréhension. « C'est une procédure normale, il n'y a rien d'extraordinaire » avait-il souligné en indiquant qu'il était bien au fait des procédures du tribunal en sa qualité d'ex-officier de police judiciaire.
Pour rappel, le 7 avril, au coeur de la mobilisation sociale, un rassemblement devant la préfecture s'échauffe alors que l'État refuse de rencontrer le collectif Pou Lagwiyann dékolé.
Les sympathisants du mouvement étaient invités à se rendre à la préfecture. Le collectif devait rencontrer le préfet dans le cadre du comité de suivi. Après deux heures d'attente, le directeur de cabinet du préfet sort accompagné du commissaire Joël-Patrick Terry, numéro 2 du commissariat de Cayenne. Le préfet ne les recevra pas. Une bousculade suit la déclaration. Olivier Goudet et José Achille, aidés de policiers expérimentés, ramènent le calme.


LE COMMISSAIRE TERRY EST BLESSÉ
L'exaspération, la fatigue amènent une autre bousculade. Les gaz lacrymogènes sont lancés. Le commissaire Terry est blessé devant les caméras de nos confrères d'ATV. Sur les images, on distingue un membre des 500 Frères tentant d'entrer de force la préfecture. Un membre des forces de l'ordre lance du gaz lacrymogène pour selon lui « dégager le commissaire Terry et d'autres policiers pris à partie. » Sur les mêmes images, on voit également Mikaël Mancée défendre le commissaire. Une source policière précise que les coups portés aux policiers ne venaient pas d'un membre du collectif contre la délinquance.
Une ambulance évacue le commissaire Terry, blessé notamment au visage et au cou. Parce qu'il a perdu connaissance, il est gardé en observation à l'hôpital de Cayenne. Aucune interpellation n'a eu lieu ce jour-là.

Le commissaire Joël-Patrick Terry DDSP adjoint admis à l'hospital après les échaufourés devant la préfecture (DR)
0
VOS COMMENTAIRES

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION