ACTUALITé - FAITS DIVERS / JUSTICE

ÉDUCATION - Mirza : plainte contre la maire et le recteur

France-Guyane 30.11.2018
Samir MATHIEU

0RÉAGIR

Mirza : plainte contre la maire et le recteur
Instits et parents d'élèves ont déposé plainte pour mise en danger de la vie d'autrui et non assistance à personne en danger. Ils sont soutenus par le collectif Tròp Violans (SM)

Le mouvement de protestation des parents d'élèves et enseignants de l'école maternelle Mirza continue. Malgré des réunions avec le recteur et avec la maire de Cayenne, aucune solution n'a été trouvée pour l'heure. Parmi les avancées, le départ de la directrice, acté par le rectorat.

La colère des parents d'élèves et des enseignants de l'école Mirza à Cayenne est montée d'un cran hier. Les instit' et quelques parents se sont mobilisés en fin de matinée devant le commissariat. Quatre parents d'élèves et huit institutrices ont déposé plainte contre le maire de Cayenne Marie-Laure Phinera-Horth et contre le recteur d'académie Alain Ayong Le Kama, pour mise en danger de la vie d'autrui et non assistance à personne en danger. Ils dénoncent toujours les conditions particulièrement insalubre concernant leur environnement de travail et pour l'hygiène et pour le confort des élèves. Les grévistes, qui exercent leur droit de retrait depuis lundi, ont toutefois obtenu un réponse favorable à leur revendication. La directrice de l'école Mirza va être remplacée. « Elle est appelé à d'autres missions » , explique le directeur de cabinet du recteur, Félix William.
DES QUESTIONS, DES RÉPONSES (ET DES INCOMPRÉHENSIONS ?)
Si hier, le dialogue semblait rompu, notamment avec la mairie, il va reprendre aujourd'hui. Une réunion, entre la mairie (le directeur de cabinet de Marie-Laure phinera-Horth retenue sur un rendez-vous fixé antérieure), le recteur et les enseignants et parents d'élèves, est prévue à 9 heures ce matin. Elle sera suivie d'une réunion de chantier pour faire le point sur la réalité du terrain, à 10 heures à l'école. Des discussions avaient pourtant démarrées depuis un moment. Dès le 19 novembre, le recteur Alain Ayong Le Kama avait reçu avec son directeur de cabinet Félix William et sa chef de cabinet Yolaine Boloré, les enseignants de l'école. « Le rectorat s'était engagé sur des points précis, et nous avons tenu nos engagements » , explique Félix William. Lundi, une réunion a eu lieu cette fois entre le maire et le recteur. Mardi, Marie-Laure Phinera-Horth a reçu les grévistes. Elle leur a proposé un plan d'action qui a été refusé par nos interlocuteurs, explique Jean-Philippe Dolor, le directeur de cabinet du maire. Il ajoute, en outre, que la mairie conduit « un projet de réhabilitation de trois écoles qui se font essentiellement les week-end et en période de congés » . « La ville a expliqué à plusieurs reprises le planning des travaux avec des délais incompressibles » . Mais le collectif soulève un certains nombre de demandes qui ne sont pas réalisables selon la mairie. « Ils ont réclamé un vigile en permanence pour le soir et les nuits, or nous n'avons plus de vigiles dans les écoles, mais la police municipale effectue des patrouilles en permanence sur des sites sensibles » , explique le directeur de cabinet. La question du sable dans la cour est aussi une question de délai et de sécurité, explique pour sa part Marie-Laure Phinera-Horth. Les sanitaires filles seront rénovées pendant les vacances de Noël, puis au moment du Carnaval ce seront les sanitaires garçons : « La Ville avait prévu de modifier le revêtement en enlevant le sable et en mettant un revêtement souple à sa place, en février prochain » précise la mairie. Le maire rappelle qu'elle travaille « pour l'intérêt des enfants » et que la ville a déjà entrepris « un travail de réhabilitation des établissements scolaires dans le cadre du programme de rénovation urbaine de la ville de Cayenne. »
0
VOS COMMENTAIRES

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION