ACTUALITé - FAITS DIVERS / JUSTICE

3 QUESTIONS À ... - Patrick Chevrier, président du tribunal de grande instance de Cayenne : « Les travaux seront livrés au début de l'année 2019 »

France-Guyane 07.07.2018
Propos recueillis par B. D.

0RÉAGIR

Patrick Chevrier, président du tribunal de grande instance de Cayenne : « Les travaux seront livrés au début de l'année 2019 »
La réception se fera toujours au mois de septembre ?
Non, les travaux ont subi des retards significatifs liés à plusieurs paramètres : difficultés techniques et retards d'exécution ; modifications locales du projet initial en raison de l'accroissement important des effectifs ; prise en compte des nuisances subies par les utilisateurs et organisation différente des interventions des entreprises pour limiter le bruit pendant les périodes d'activité intense et les audiences. Désormais, il est plutôt admis que les travaux seront livrés au début de l'année 2019, sous réserve de nouvelles difficultés imprévisibles à ce jour.
Que pouvez-vous dire aux personnels et autres auxiliaires de justice qui pestent contre les malfaçons qu'ils ont constaté ?
La communication avec les utilisateurs est organisée depuis le début des travaux, malgré les reproches que certains agents semblent tenir à l'extérieur sans en parler directement aux chefs de juridiction dans le cadre d'un dialogue social régulier. À cet égard, depuis le mois d'avril 2018, un nouveau type de concertation a été mis en place, privilégiant le dialogue direct entre les services et le maître d'ouvrage délégué, l'Agence pour l'immobilier de la justice. Ainsi, chaque service est consulté préalablement à l'achèvement des travaux, lorsque cela est possible. Chacun peut ainsi mieux comprendre les contraintes respectives des acteurs du chantier et des utilisateurs du palais de justice dans le cadre d'une opération exceptionnelle en « site occupé » , générant de nombreux inconvénients, mais fruit d'un arbitrage de 2014.
À la fin des travaux, allez-vous conserver les « modulaires » pour avoir encore plus de place ?
La conservation de ces modulaires provisoires ne semble ni souhaitable, ni autorisée. Mais se posera très vite la question de leur suppression. Il faudra alors envisager des solutions au sein du palais de justice restauré.
0
VOS COMMENTAIRES

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION