9RÉAGIR

ACTUALITé - FAITS DIVERS / JUSTICE

Terrasses de Raban : la police arrête le chantier du mur

B.D. / P.R. franceguyane.fr 07.11.2017

Les forces de l'ordre sont intervenues ce matin sur le chantier de réfection du mur séparant le lotissement Les Terrasses de Raban et le squat du mont Baduel. Deux ouvriers et six personnes ont été interpellés pour "travail dissimulé" et séjour irrégulier.

La construction du "mur de la discorde" demandée par le collectif des habitants des Terrasses de Raban, exaspérés par le quartier spontané et illégal voisin du mont Baduel, a été mise à l'arrêt ce matin par les forces de l'ordre. La police nationale, municipale, l'inspection du travail et la police aux frontières sont venues ce matin interpellé deux ouvriers du chantier, dont le maître d'œuvre est la Siguy, pour travail dissimulé. À l'arrivée de la police, plusieurs habitants du squat ont pris la fuite. Six habitants illégaux, en situation irrégulière sur le territoire, ont néanmoins été interpellés. Les forces de l'ordre agissaient sur réquisition du procureur de la République. Ils en ont profité pour "quantifier l'extension de la zone".

La semaine dernière, le collectif du lotissement des Terrasses de Raban, à Cayenne avait rencontré le président de la Collectivité territoriale de Guyane (CTG) Rodolphe Alexandre, le maire de Cayenne Marie-Laure Phinéra-Horth et le directeur de la Société immobilière de la Guyane (Siguy) Alain Le Corre, exaspéré par le squat voisin, dont l'un des accès donne directement sur le lotissement. Le va-et-vient de voitures et de personnes est constant. Des résidents disent avoir vu des activités douteuses (trafic de stupéfiants, prostitution, actes vaudou, etc.).

Pour apaiser la colère des résidents et pour assurer leur sécurité, le directeur de la Siguy a fait construire un mur devant l'entrée du quartier d'habitations spontanées. Ce mur est aujourd'hui détérioré et les résidents du lotissement l'estiment « ridicule » car il ne bloque pas totalement l'accès. Ils ont demandé au directeur de la Siguy de reconstruire le mur et de numéroter les places de parking du lotissement pour qu'ils puissent porter plainte contre les squatteurs. Le maire de Cayenne a indiqué qu'elle mettra les forces de police à contribution. Quant à Rodolphe Alexandre, il a rappelé qu'une procédure est en cours pour détruire les habitations illégales et expulser les personnes en situation irrégulière. Cent treize maisons ont déjà été démolies au mont Baduel. Près de 300 autres habitations ont été identifiées par un huissier. Rodolphe Alexandre va maintenant saisir le président du tribunal via l'avocat Me Lingibe.

PLUS DE DÉTAILS DANS NOTRE PROCHAINE ÉDITION

9
VOS COMMENTAIRES
  • LiKiLiKi :-) - 09.11.2017
    MMMDDDRRR
    Grandiose et à l'image du BTP Local
    On casse du non Guyanais mais on va chercher la main d'oeuvre au black.
    HHYYYPPOOOCCRRIIISie et Bloublou e béton !!!
  • Ergo sum - 09.11.2017
    Peu de choses sont sures dans ce bas monde, mais il y en a une qui est garantie à 100 % : que le procureur n'habite pas aux Terrasses de Raban...
  • C Koi çà? - 08.11.2017
    Bon courage
    Y a du boulot les gars, çà pousse partout et pas seulement où il y a des reportages TV.....
  • GIZMO - 07.11.2017
    le monde à l'envers..
    car à lire cet article, on peut occuper illégalement un terrain, se raccorder sauvagement sur les branchements électriques existants, bref être hors la loi mais ne pas être inquiétés par la justice pendant des années par contre si on paie son loyer, ses factures...mais que l'on veut se préserver des nuisances en tout genre de squatteurs, alors là la justice se doit d'être appliquée...c'est sûr que la Guyane elle va décoller avec ce type d'agissement. Au fait, à quand un enlèvement de ce qui a été détruit à Baduel , car pour l'instant c'est magasin à ciel ouvert pour reconstruire de l'autre côté de la route !!!
  • xxl - 07.11.2017
    @AUCUN
    un haïtien fout le feux qui se propage dans toute une zone, jamais condamné, si c'était un guyanais FRANCAIS?
  • PEFL - 07.11.2017
    À Aucun
    Je partage votre avis.Les illégaux évoluent tranquilles, sans pression. Et des que les autres à bout de nerfs essaient de retrouver un peu de quiétude les forces de l'ordre rappliquent. En fait la Guyane c'est une région peinarde pour les illégaux et tous ceux qui ne veulent pas trop se contraindre. Pour les autres, ceux qui veulent de la légalité, de l'initiative et de la tranquillité c'est mort.
  • skol973 - 07.11.2017
    Un mur qui se construisait avec des clandestins, dont le maître-d'oeuvre se nomme la SIGUY,comment est-ce possible?
  • aucun - 07.11.2017
    certes ...
    moi ce qui m'éclate franchement, c'est que tout un quartier de clandestins puisse se construire sans jamais être inquiété, et quand les honnêtes gens épuisés décident de se protéger ... là, la police débarque pour les stopper dans leur démarche. seule conclusion possible : les clandestins ont davantage de droits que les honnêtes gens. et vu le commanditaire de l'action de la police, on peut pousser la conclusion plus loin et affirmer : la justice déteste les honnêtes gens qui se protègent ! vive la France ... enfin, ce qu'il en reste ...
  • jess - 08.11.2017
    bizarre
1

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION