ACTUALITé - POLITIQUE

MACOURIA - 4 400 logements à construire d'ici 2030

France-Guyane 13.09.2017
David RODOREDA

1RÉAGIR

4 400 logements à construire d'ici 2030

Lors du conseil municipal de lundi, le Projet d'aménagement et de développement durables (PADD) a été présenté aux élus. Le document, qui trace les orientations générales d'aménagement et d'urbanisme pour la commune sur les quinze prochaines années, est fondamental. Il n'a pourtant suscité aucun débat.

C'est un document crucial sur lequel les élus de Macouria se sont penchés en conseil municipal, lundi matin. À l'ordre du jour, le PADD (Projet d'aménagement et de développement durables). Fondamental, il donne les futures grandes orientations du développement de la commune. Il complètera et orientera la prochaine révision du PLU (Plan local d'urbanisme).
Pourtant, de nombreux élus ont boudé la séance. Si près des deux tiers de la majorité étaient présents, l'opposition n'était représentée que par deux élus sur six.
Elisa Daurat, chargée de mission à l'Audeg, l'agence d'urbanisme et de développement de la Guyane qui a participé à l'élaboration du projet, a présenté les grandes lignes du projet, sous forme de cartographies thématiques : les pôles urbains, le développement économique, les loisirs et le tourisme, l'agriculture, le numérique, les routes et les déplacements.
L'occasion de rappeler les données démographiques de la commune. Macouria, qui a dépassé les 10 000 habitants, en comptera 23 000 à l'horizon 2030. Une croissance démographique de 4, 5% par an qui entraîne inéluctablement des besoins en termes de logements. Ce sont 4 400 logements qu'il conviendra de construire, soit 290 par an sur les quinze prochaines années.
Pour autant, la chargée de mission souligne la nécessité de maîtriser la consommation d'espace, afin de préserver des continuités de biodiversité, de fournir du foncier à l'agriculture mais aussi garantir les besoins des générations futures.
DEUX PÔLES URBAINS
De ce fait, l'urbanisation sera privilégiée sur les deux pôles actuels : Tonate/Saint-Agathe et Soula/Sablance. L'urbanisation des pôles secondaires, Maillard, Farnous et Belle-Terre, sera « optimisée tout en conservant un cadre paysager de qualité » . Enfin, les pôles tertiaires, Préfontaine, Norino et Kamuyeneh, seront « confortés » , mais la densification et les extensions y seront « limitées » , a précisé Elisa Daurat.
Le projet vise surtout à « rompre avec la dynamique d'un développement centré sur l'habitat » , une volonté de ne pas reproduire les cités-dortoirs.
COMMERCES ET ACTIVITÉS BRUYANTES
Aussi, si l'accueil des commerces et services au sein des pôles urbains continuera d'être favorisé, deux zones d'activités économiques seront créées. L'une à Maillard, destinée aux PME (petites et moyennes entreprises) innovantes ; l'autre à la Bordelaise, destinée aux activités logistiques. Quant aux activités génératrices de nuisances, elles seront isolées des zones habitées. C'est le cas du pôle aéronautique lié au projet d'aérodrome et de l'ISDND (la décharge de déchets ménagers), deux projets prévus à Quesnel.
LOISIRS ET TOURISME
En termes de loisirs et de tourisme, outre l'aménagement de sentiers d'observations, la valorisation des canaux Brémont et Saint-Jean-Baptiste ou la création d'un espace de détente au Lac Maillard, deux gares fluvio-maritimes avec navettes de transport devraient voir le jour à la Pointe Liberté et sur l'accès au fleuve depuis le sud de Soula. Enfin, l'hippodrome de Matiti, un projet d'intérêt régional, sera porté par la CTG.
AGRICULTURE
En termes d'agriculture, le projet prévoit notamment des espaces de maraîchage urbain et des jardins partagés, afin de permettre aux habitants des pôles urbains, qui n'ont pas de jardins, de pratiquer une agriculture vivrière.
TRANSPORT
En termes de transport, si l'axe névralgique de la commune reste la RN 1, celle-ci sera aménagée pour permettre son franchissement par les piétons, et sécurisée pour la circulation douce (deux roues). Un réseau secondaire est également envisagé en parallèle de la RN, au sud, afin de relier les différents quartiers sans avoir à emprunter la nationale.
Un projet d'avenir qui ne suscite aucun débat
Si la présentation a été suivie avec attention par les élus et le personnel communal présent, force est de constater qu'aucun d'entre eux n'a souhaité ouvrir le débat, et ce malgré les relances de Gilles Adelson, le maire. « Cela prouve que le travail a été fait de manière efficace » , a-t-il conclu. Le projet va maintenant être décliné en zonage. Il s'agira de définir les zones qui resteront naturelles, celles qui pourront être exploitées en agricoles, et surtout celles qui deviendront constructibles. Une étape qui ne devrait pas manquer de susciter des discussions et probablement des revendications, en fonction des intérêts fonciers. Prochain rendez-vous en décembre 2017, pour la révision du PLU.
1
VOS COMMENTAIRES
  • Lokalman973 - 13.09.2017
    L'éligibilité
    Des logements certe mais revoyez L'éligibilité certains ont un loyer de 50 € par mois avec tts les aides et trouve le moyen de ne pas payer .Vous en cdi ou fonctionnaire avec un bon salaire vous n y avez pas droit !!!
1

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION