ACTUALITé - POLITIQUE

La cérémonie du 10 mai toujours plus contestée et boycottée

France-Guyane 09.05.2018
FXG

0RÉAGIR

La cérémonie du 10 mai toujours plus contestée et boycottée

Emmanuel Macron, et derrière lui Edouard Philippe, assistent aux cérémonies du 8-Mai

-FRANCOIS GUILLOT (POOL/AFP)

La cérémonie de la Journée nationale des mémoires de l'esclavage et de son abolition, jeudi à Paris, se déroulera en l'absence du président de la République. Une première depuis 2006.

Pour la première fois depuis douze ans, la cérémonie de commémoration à l'occasion de la Journée nationale des mémoires de la traite, de l'esclavage et de leurs abolitions, jeudi au Jardin du Luxembourg à Paris, se déroulera sans la présence du chef de l'État. Emmanuel Macron recevra ce jour-là à Aix-la-Chapelle en Allemagne le prix Charlemagne pour l'unification européenne. Le président de la République enverra donc son Premier ministre Édouard Philippe au Jardin du Luxembourg.
Emmanuel Macron peut être serein : il a assuré un service minimum au Panthéon le 27 avril et s'évite ainsi une présence au Luxembourg où il aurait pu être mal à l'aise. En effet, son conseiller Outre-mer et son gouvernement ont reçu un rapport émanant d'une partie des membres du Comité national pour la mémoire et l'histoire de l'esclavage qui avait déjà été adressé, il y a trois ans, au gouvernement et au président précédents. Ce rapport établit un diagnostic critique de cette cérémonie et propose sa décentralisation comme cela a pu être fait par deux fois, en 2011 à Bordeaux et en 2016 à Pointe-à-Pitre.
Le rapport critique d'abord le choix des jardins du Sénat, « un lieu sans légitimité historique et vide de puissance émotionnelle » .
Alors que la France commémore la Résistance au Mont-Valérien ou au plateau des Glières, la Grande Guerre à l'ossuaire de Douaumont ou à Notre-Dame de Lorette, la Shoah au Vel d'Hiv ou à Drancy, aucun acte, aucun moment, aucun personnage historique ne rattachent le Jardin du Luxembourg à l'histoire de l'esclavage et de ses abolitions.
DES CÉRÉMONIES CONCURRENCENT L'OFFICIELLE
« Pourquoi commémorer la plus grande tragédie de l'Histoire qui a duré quatre siècles et fait plus de 12 millions de victimes dans un recoin d'un parc fréquenté des seuls joggeurs et mémés venant nourrir les pigeons ? interroge le rapport. Quel message transmet-on aux deux millions de Français descendants d'esclaves ? » Et ce, d'autant que c'est le Sénat qui fut justement l'artisan du rétablissement de l'esclavage... Cette assertion mérite un détour historique quand en 1801, Napoléon Bonaparte qui prépare la paix d'Amiens avec les Anglais, propose une solution mixte en ce qui concerne l'esclavage : maintien de l'esclavage là où il n'a pas été aboli, en Martinique et à La Réunion, et maintien de l'abolition là où elle a été appliquée en 1794, à savoir à Saint-Domingue, en Guyane et en Guadeloupe.
Le projet de loi édicté par Bonaparte est approuvé par le Tribunat puis le Corps Législatif mais repoussé par le Sénat qui s'oppose aux volontés de Bonaparte et impose le rétablissement de l'esclavage à 100 000 Guadeloupéens et Guyanais au prix des effroyables massacres de 1802 en Guadeloupe et à Saint-Domingue.
À ce qui s'apparente comme une bourde historique, s'ajoute le caractère privé et élitiste de la cérémonie du 10 mai dont les participants doivent présenter un carton d'invitation à l'entrée du jardin...
Ainsi, la majeure partie des publics populaires, descendant d'esclaves, est donc contenue derrière les grilles d'entrée du jardin. Ainsi, régulièrement, des happenings, des protestations et revendications s'y sont produits sous la houlette du Conseil représentatif des associations noires de France (Cran) ou encore de la Brigade antinégrophobie... D'autres cérémonies viennent d'ailleurs concurrencer l'officielle, comme celle des amis du général Dumas, place du Général-Catroux, devant le monument des fers brisés, dans le XVIIe arrondissement de Paris, ou celle du CM98, le 23 mai, place de la République.
Faut-il donc continuer à commémorer l'esclavage et son abolition dans un lieu sans légitimité historique, devant un public privilégié et élitiste, déserté des véritables acteurs nationaux de la mémoire et dénoncé par nombre de descendants d'esclaves ? Emmanuel Macron semble y avoir répondu.
FXG, à Paris
0
VOS COMMENTAIRES

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION