ACTUALITé - POLITIQUE

IRMA - Le Premier ministre dénonce ceux qui "s'improvisent experts en gestion de crise"

franceguyane.fr 11.09.2017
FXG, à Paris

0RÉAGIR

Le Premier ministre dénonce ceux qui "s'improvisent experts en gestion de crise"
Édouard Philippe a évoqué l'acheminement des secours vers les Antilles après le passage de l'ouragan Irma.

Le Premier ministre Edouard Philippe s'est exprimé cet après-midi à Matignon pour détailler l'action de l'État pour les sinistrés de Saint-Martin et Saint-Barthélémy. Le président de la République est attendu mardi en Guadeloupe puis dans les deux îles. 

"Ce qui se joue à Saint-Barthélemy et à Saint-Martin, ça n'est pas simplement le rétablissement de conditions normales de vie, c'est beaucoup plus que cela, c'est la capacité d'une Nation, la France, d'être à la hauteur d'un événement qui touche chaque Français."

Le Premier ministre Edouard Philippe s'est exprimé ce lundi après-midi à Matignon entouré d'une dizaine de ses ministres ainsi que des représentants d'EDF, Véolia, Orange, de l'Agence française de développement, de la Caisse des dépôts et de la fédération française de l'assurance. Le décollage du président de la République est attendu mardi matin en Guadeloupe, puis dans les deux îles sinistrées.

Cette réunion que le Premier ministre a qualifiée de comité interministériel sera de nouveau rassemblée en début de semaine prochaine. Un délégué interministériel sera d'ailleurs nommé au prochain conseil des ministres.

Edouard Philippe a pris près de vingt minutes pour rappeler en détail l'action de l'Etat et de son gouvernement pour les sinistrés des deux îles. "Les agents de l'Etat vont rester sur place", a-t-il ainsi assuré. Le Premier ministre a encore expliqué que des experts accompagneraient le président de la République : experts en logement, experts en bâtiment hospitalier, experts en bâtiment scolaire.
A la fin de son long exposé, Edouard Philippe est revenu sans les citer sur ceux qui demandent une commission d'enquête parlementaire : "La mobilisation des services de l'Etat a permis le rétablissement de l'ordre public et le début d'une réorganisation des services publics. Tous ceux qui s'improvisent experts en gestion de crise ou en logistique exceptionnelle pour faire naître des polémiques qui me semblent aussi inutiles que contre-productives ne rendent service ni aux populations locales, ni à ceux qui essaient par leur travail, par leur engagement, par la qualité professionnelle de ce qu'ils proposent, de venir au secours des victimes et de leur permettre de revivre plus sereinement."
FXG, à Paris
La situation sanitaire
Les hôpitaux ont souffert, mais leur fonctionnement est rétabli, de même que leur approvisionnement en eau, nourriture et médicaments. À Saint-Martin, un bloc opératoire et un bloc obstétrique sont opérationnels.

L'appareillage, mardi matin à Toulon, du bâtiment de projection et de commandement, Tonnerre, apportera à Saint-Martin plus de lits d'hospitalisation que n'en avait le Centre hospitalier de Marigot avant l'ouragan.

Deux experts épidémiologistes sont sur place pour la prévention des maladies tropicales. Enfin, aux cinq médecins urgentistes pré-positionnés avant l'arrivée d'Irma, s'ajoutent vingt docteurs supplémentaires.
La situation scolaire
Le ministre de l'Education nationale accompagne le président dans son déplacement. Sur les 21 écoles de l'île, trois sont endommagées et 18 sont à reconstruire. Même chose avec les collèges... "Mais la rentrée doit avoir lieu", a insisté le Premier ministre qui a annoncé que le bâchage avait commencé et que des tentes gonflables et climatisées permettraient la scolarisation normale des enfants d'ici la Toussaint.
L'eau potable
Les usines, les citernes et les réseaux sont endommagés. L'usine de Saint-Martin sera réparée et une usine mobile de désalinisation sera acheminée depuis Madrid. Des citermes sont progressivement positionnées "dans des conditions permettant d'éviter toute violence", selon Edouard Philippe.

La distribution d'eau en bouteille est aujourd'hui décentralisée.

Le Premier ministre prévoit un retour à la normale dans les trois mois.
Electricité
Sur les 24 000 clients EDF, 3 500 sont réalimentés. Mais l'incertitude sur l'état des réseaux d'EDF reste grande. 50 gros groupes électrogènes sont déjà en Guadeloupe et vont progressivement être acheminés dans les îles du Nord.
Télécom
Bonne nouvelle, a souligné le Premier ministre : "Les câbles sous-marins sont intacts, mais ce n'et pas le cas des réseaux de téléphonie fixe et mobile. 16 antennes relais et site sur 17 à Saint-Martin sont hors service, dix sur onze à Saint-Barthélemy. Tous les poteaux et deux répartiteurs sur quatre sont hors service.

Les opérateurs installent un site provisoire pour le réseau mobile et développent un réseau wifi local en se servant des 400 box qui fonctionnent encore sur les 10 000 existantes.

"Le rétablissement du réseau fixe sera très long", a souligné Edouard Philippe.
Accès au fuel
Trois stations services sur les neuf que compte Saint-Martin sont détruites. Trois sont endommagées mais distribuent 20 litres de carburant par personne. Une station a été réquisitionnée pour les besoins des services de l'Etat.
Les départs des îles
"L'Etat a pris en charge de façon prioritaire les évacuations des personnes les plus fragiles et en particulier celles des malades qui ne pouvaient pas être pris en charge sur place." Ceux qui veulent rejoindre la Guadeloupe ou l'Hexagone doivent prendre patience jusqu'à ce que les liaisons aériennes et maritimes soient pleinement rétablies, "sans doute progressivement cette semaine". Dès lors leurs capacités seront de l'ordre de 2 000 à 2 500 personnes par jour.

La collectivité de Saint-Martin centralisera les demandes et dressera les listes des partants. "La solidarité de l'Etat et de la collectivité territoriale sera mise en oeuvre pour la prise en charge du transport et de l'accueil de ces personnes", a précisé Edouard Philippe.

0
VOS COMMENTAIRES

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION