ACTUALITé - POLITIQUE

Les 500 Frères s'invitent en force à la CTG

France-Guyane 18.03.2017
Karin SCHERHAG

35RÉAGIR

Les 500 Frères s'invitent en force à la CTG
Pour s'entretenir avec Ségolène Royal, les 500 Frères se sont passés de cartons d'invitation (KS)

Les 500 Frères ont fait irruption hier matin dans l'auditorium où Ségolène Royal présidait la convention de Carthagène. Ils ont imploré la ministre d'intervenir en faveur de l'extradition des détenus étrangers.

S'ils voulaient faire sensation, les 500 Frères ont parfaitement réussileur coup. Hier matin, alors que la conférence réunissant les représentants de tous les pays de la Caraïbe venait à peine de s'ouvrir en salle de délibérations de la Collectivité territoriale de Guyane (CTG), un brouhaha s'est fait entendre dans le couloir. Un grondement sourd, inexpliqué, jusqu'à l'ouverture soudaine de la porte et l'entrée en force des membres du collectif. Moment de stupeur. Le poing levé, évidemment encagoulés et vêtus de noir, les 500 Frères ont scandé leur slogan - « Voleurs, nou bon ké sa! Braqueurs, nou bon ké sa! Pilleurs, nou bon ké sa! Violeurs, nou bon ké sa! » - avant de s'adresser directement à Ségolène Royal. Imperturbable, la ministre de l'Environnement a écouté leurs revendications. « Dans ce pays, on tue les gens pour rien et personne ne dit rien. La France doit nous mettre en sécurité. Ce pays en a marre, il va mal. Il y a eu quatre morts (à Cayenne) en quatre semaines : les lois ne sont pas bonnes pour ici. Il faut signer des accords d'extradition parce que 80% des prisonniers (à Rémire-Montjoly, ndlr) sont des étrangers! Ça pourrit la Guyane et on veut que ce soit réglé une fois pour toutes. On n'est pas racistes mais on veut la paix en Guyane. On n'est pas méchants. On vous respecte. Alors si vous aimez la Guyane, nous vous demandons solennellement de faire venir les ministres de l'Intérieur, des Affaires étrangères, de la Santé et de l'Éducation. »
« JE COMPRENDS VOTRE EXASPÉRATION »
Ségolène Royal a fait face aux 500 Frères. Et abondé dans leur sens. « Hier (jeudi), les chefs coutumiers m'ont raconté que leurs femmes ne pouvaient plus sortir seules en forêt. Il y a en Guyane un problème de sécurité extrêmement lourd. Je comprends votre exaspération. Dès mon retour à Paris, je vais demander que soient mis en place un dispositif d'urgence et un comité de pilotage spécifique. Il y a aussi le phénomène de très forte immigration clandestine, intolérable, qui est une source majeure d'insécurité. Il est temps de dire les choses comme elles sont. » Vantant les mérites de l'escadron de gendarmes mobiles dépêchés depuis le mois de novembre, la ministre a également indiqué qu'elle demanderait au gouvernement la nomination en Guyane d'un préfet de police.
Apaisés, les 500 Frères ont quitté la salle, en reprenant en choeur leur slogan, sous les regards ébahis des délégations étrangères. « Vous ne risquez rien, ils sont contre la violence » , leur a lancé Ségolène Royal, avant de leur faire part de leurs motivations.
Pas sûr que l'image de la Guyane qui parvienne à nos voisins caribéens soit très positive. Resté à l'écart des échanges, Rodolphe Alexandre a confié plus tard qu'il « laverait son linge sale avec les 500 Frères »
Les 500 Frères veulent des accords transfrontaliers sur la sécurité
Un des 500 Frères posté hier devant le consulat du Suriname, à Cayenne (KS)
Hier, les rues autour de la place des Palmistes, à Cayenne, étaient à l'arrêt. La raison : les 500 Frères et Tròp Violans. Ils bloquaient la rue Héder, à hauteur du consulat surinamais afin de faire bouger les élus et les forces de l'ordre pour trouver des accords avec les pays limitrophes. « Nous voulons que les détenus surinamais, brésiliens et guyaniens soient remis aux autorités de leur pays d'origine. Quand ils sortent de la prison de Rémire, ils restent en Guyane, se réorganisent en bandes pour mieux sévir dans nos quartiers » , dénonce Mickaël Mansé. Ils ont rencontré les consuls des trois pays voisins en fin d'après-midi.
35
VOS COMMENTAIRES
  • HOBBES - 20.03.2017
    Melville est le racisme
    Oui, Melville est le racisme.
    Et C'est consternant qu'il ait voix au chapitre sur le forum d'un journal. Je n'imagine pas qu'un autre puisse ainsi appeler certain à "rentrer dans leur pays".
    Comme c'est une honte qu'il ose parler au nom "des Guyanais" (en me traitant d'arrogant).
    Une hystérie qui ne se conclue qu'en relevant une erreur de frappe de son interlocuteur. Au risque de provoquer son courroux et de m'attirer ses noms d'oiseaux, force est de constater la puérilité de ses démarches.
    (Et quand on a plus les mots, on enfile sa cagoule?)
  • Melville - 21.03.2017
    La tranquille suffisance de Hobbes
    Croyez-vous sérieusement, Hobbes, que vous êtes le mieux placé pour donner des leçons d’antiracisme aux Guyanais ? Les Guyanais vous ont-ils assez répété que chez vous, en France, ils peinent encore à trouver du travail ou à se loger à cause de la couleur de leur peau ? Vous-même, Hobbes, qui avez choisi de vous installer chez nous, avez-vous éprouvé une seule fois dans votre vie le besoin de vous excuser d’être natif du pays, la France, qui compte dans ses rangs les théoriciens qui, les premiers, ont mis en doute l’unité de la nature humaine ? C’est pourtant l’exploit qu’a réalisé Isaac La Peyrère, en 1655. Peu après, en 1684, c’est François Bernier, un médecin français, qui a inventé l’idée absurde de prétendues « races » humaines. C’est encore la République française, prise en otage par Napoléon, qui, en 1802, a rétabli l’esclavage dans un bain de sang, notamment en Guyane, après l’avoir aboli, ce qu’aucun pays au monde n’a jamais osé faire. Et l’extrême droite, en 2017, est sur le point de prendre le pouvoir politique. La décence la plus élémentaire vous recommande donc de vous taire, Hobbes, chaque fois que l’on vous parle d’éthique ou de morale. Cette évidence vaut aussi –cela coule de source- pour les Ubu, Paassy et autres Pôpa Zo.
  • HOBBES - 22.03.2017
    Meleville mélange tout
    D'abord je vous en conjure cessez de prétendre parler au nom des Guyanais, j'ai mal pour eux, ils ne méritent pas cela.
    Ensuite, s'il vous plaît, dites moi sur quoi vous basez-vous pour me "classer" parmi les métropolitains, comme vous dites? Sans pouvoir le moins du monde savoir d'où je viens, où j'ai grandis, quelles sont mes origines, quelles sont mes affinités et mes aspirations? Choses qui font pourtant l'identité des gens.
    Quant à votre faculté rocambolesque de m'attribuer toutes les fautes de mes prétendus "ancêtres" ou toutes les fautes d'une société d'il y a 400 ans, vous m'attristez...
    Non content d'être raciste, vos propos sont dangereux et extrémistes, et comme tout ce qui est excessif, vous êtes insignifiant.
  • Ubu - 22.03.2017
    C'est bien vous qui nous expliquez tranquillement que les blancs doivent quitter la Guyane pour la métropole, quand bien même ils n'en seraient pas originaire ? C'est bien vous qui soutenez les recrutements sur profil racial dans les administrations guyanaises ? C'est bien vous qui êtes adhérent du PIR et soutient sans faille de Kemi Seba ?
    Qu'Hobbes soit mieux placé que vous, Melville-la-haine, c'est une évidence... Même votre modèle Robert Mugabé est mieux placé que vous sur l'échelle de l'anti-racisme !
  • Ubu - 22.03.2017
    Et pour votre information, l'unité de la race humaine a été mis en doute bien avant 1655, puisqu'il en est déjà question dans les textes religieux... L'ancien testament nous parle du destin de la "race" juive, privée de droits dans l’Égypte antique. Et qui étaient les Egyptiens de cette antiquité mon benêt de Melville ? Des africains, oui.
    Le racisme est né avec l'homme, l'homme est né en Afrique, le racisme est donc né avec l'homme en Afrique... Ne vous en déplaise. Et il a prospéré jusque dans votre petit cerveau. Pour notre plus grand malheur.
    Et le seul ici à être obnubilé par qui est de quel couleur et à quel poste, c'est encore vous. Sans doute est-ce issu de la frustration de n'avoir été qu'un poète à compte d'auteur, n'arrivant pas à la cheville d'un Verlaine ou d'un Prévert... Plus facile d'accuser la race que le talent !
  • HOBBES - 20.03.2017
    Melville est le racisme
    Oui, Melville est le racisme.
    Et C'est consternant qu'il ait voix au chapitre sur le forum d'un journal. Je n'imagine pas qu'un autre puisse ainsi appeler certain à "rentrer dans leur pays".
    Comme c'est une honte qu'il ose parler au nom "des Guyanais" (en me traitant d'arrogant).
    Une hystérie qui ne se conclue qu'en relevant une erreur de frappe de son interlocuteur. Au risque de provoquer son courroux et de m'attirer ses noms d'oiseaux, force est de constater la puérilité de ses démarches.
    (Et quand on a plus les mots, on enfile sa cagoule?)
  • HOBBES - 20.03.2017
    Melville est le racisme
    Oui, Melville est le racisme.
    Et C'est consternant qu'il ait voix au chapitre sur le forum d'un journal. Je n'imagine pas qu'un autre puisse ainsi appeler certain à "rentrer dans leur pays".
    Comme c'est une honte qu'il ose parler au nom "des Guyanais" (en me traitant d'arrogant).
    Une hystérie qui ne se conclue qu'en relevant une erreur de frappe de son interlocuteur. Au risque de provoquer son courroux et de m'attirer ses noms d'oiseaux, force est de constater la puérilité de ses démarches.
    (Et quand on a plus les mots, on enfile sa cagoule?)
  • Melville - 21.03.2017
    La tranquille suffisance de Hobbes
    Croyez-vous sérieusement, Hobbes, que vous êtes le mieux placé pour donner des leçons d’antiracisme aux Guyanais ? Les Guyanais vous ont-ils assez répété que chez vous, en France, ils peinent encore à trouver du travail ou à se loger à cause de la couleur de leur peau ? Vous-même, Hobbes, qui avez choisi de vous installer chez nous, avez-vous éprouvé une seule fois dans votre vie le besoin de vous excuser d’être natif du pays, la France, qui compte dans ses rangs les théoriciens qui, les premiers, ont mis en doute l’unité de la nature humaine ? C’est pourtant l’exploit qu’a réalisé Isaac La Peyrère, en 1655. Peu après, en 1684, c’est François Bernier, un médecin français, qui a inventé l’idée absurde de prétendues « races » humaines. C’est encore la République française, prise en otage par Napoléon, qui, en 1802, a rétabli l’esclavage dans un bain de sang, notamment en Guyane, après l’avoir aboli, ce qu’aucun pays au monde n’a jamais osé faire. Et l’extrême droite, en 2017, est sur le point de prendre le pouvoir politique. La décence la plus élémentaire vous recommande donc de vous taire, Hobbes, chaque fois que l’on vous parle d’éthique ou de morale. Cette évidence vaut aussi –cela coule de source- pour les Ubu, Paassy et autres Pôpa Zo.

  • Altron - 19.03.2017
    Melville
    Je suis flatté que vous me citiez dans votre brillant commentaire. Juste un détail sortez de FG, allez dans la rue, sur les réseaux sociaux, vous verrez que des Guyanais pur jus comme vous les aimez en désaccord avec les 500 frères il y en a bcp. Avec moi ou tous ceux que vous citez vous vous trompez d'ennemi, mais entre nous, je m'en fous. Coeur sur vous.
  • Melville - 19.03.2017
    Question de nuance, Altron
    La nuance vous a visiblement échappé, Altron. Vous, vous refusez Les 500 Frères par principe, comme vous contestez toute initiative prise par les Guyanais. Les Guyanais, eux, quand ils émettent des réserves sur l'action des 500 frères, c'est pour s'inquiéter de la méthode qu'ils emploient. La nuance est de taille, Altron, même si vous n'en avez cure.
  • jess - 20.03.2017
    'guyanais pur jus' votre cerveau est touché cela n'existe pas.il est commment cet alien décrivez le ?
  • Melville - 20.03.2017
    Jess pur jus
    En revanche, rien qu'en vous observant, je décrirais parfaitement le Métro-colon pur jus.
12

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION