ACTUALITé - SOCIéTé / SOCIAL / EMPLOI

Burlot : « Je savais que j'allais dérouiller »

France-Guyane 19.04.2017
Karin SCHERHAG

6RÉAGIR

Burlot : « Je savais que j'allais dérouiller »
Le poste sous haute tension de la base de loisirs appartenant à Denis Burlot (en médaillon) a été entièrement détruit} par les flammes (Laurent Marimoutou & photo d'archives)

Hier matin, le transformateur électrique qui alimente la base de loisirs appartenant à Denis Burlot a pris feu. Victime de quolibets depuis une semaine, le chef d'entreprise kouroucien ne croit pas à la thèse de l'accident.

L'alerte a été donnée peu avant 6 heures, hier. Mais malgré l'intervention des pompiers, le poste électrique sous haute tension situé à l'entrée de Kourou a été ravagé par les flammes. Ce transformateur privé n'alimente que la base de loisirs (la Marina) appartenant à Denis Burlot. Une enquête est ouverte. Elle devra déterminer les origines du sinistre. S'agit-il d'un simple dysfonctionnement électrique ou d'un acte de vandalisme ? Le chef d'entreprise n'imagine pas une seconde que le départ de feu puisse être accidentel et a décidé de porter plainte.
Car c'est lui, Denis Burlot, qui est à l'initiative de la contremarche du 11 avril, à Kourou. Ce jour-là, quelque 200 personnes avaient défilé dans les rues de la ville pour réclamer la levée des barrages. Parmi eux, beaucoup de chefs d'entreprise, à la peine depuis le début du mouvement.
UN TRANSFORMATEUR PRIVÉ QUI LUI AVAIT COÛTÉ 143 703 EUROS
Denis Burlot, élu à la mairie de Kourou et à la Collectivité territoriale de Guyane, mais d'abord chef d'entreprise lui aussi, avait ensuite invité les manifestants à aller déposer plainte à la gendarmerie pour entrave à la circulation. « Après ça, je savais que j'allais dérouiller » , indique-t-il aujourd'hui. La suite lui donne raison.
Depuis une semaine, le Kouroucien est la cible de quolibets sur les réseaux sociaux. Certains sont même allés jusqu'à l'accuser d'utiliser des enfants pour faire du trafic de drogue. Des propos qui font « mal au ventre » et auxquels le chef d'entreprise s'est senti obligé de répondre.
Dans un long message WhatsApp, il dément chaque rumeur, se justifie d'avoir réussi et décortique l'intégralité de son patrimoine (estimé à 10 millions d'euros), indemnités d'élu comprises. « Il n'y a rien de secret, dit-il. Au contraire, j'aimerais que ça serve d'exemple pour les jeunes qui ont des parcours difficiles. » Dans un demi-sourire, il ajoute : « Tout ça, ça vient d'un petit noyau qui ne représente pas plus de 10% de la population. C'est juste de la jalousie. Heureusement, j'ai une carapace assez épaisse. »
Hier matin pourtant, un nouveau seuil a été franchi avec l'incendie du transformateur de la base de loisirs. Un transformateur privé qui lui avait coûté 14 3 703 euros, raccordement compris, et qu'il évoquait dans son message WhatsApp.
La Marina, désormais privée d'électricité, restera fermée en attendant que le transformateur soit réparé. « Il a brûlé complètement et je dois commander les pièces que je ne recevrai pas avant au moins trois mois, indique le patron. La situation devient très critique et je vais être obligé de licencier économiquement tout mon personnel. » À Kourou, Denis Burlot emploie 49 personnes, dont 14 sur la base de loisirs.
6
VOS COMMENTAIRES
  • brigandin2 - 21.04.2017
    Actualité de plus en plus riche
    Ils s'attaquent maintenant aux personnes et à leurs bien.Continuez les mecs vous etes sur la bonne voie.La justice passera.
  • Betty12 - 20.04.2017
    Eh oh!! Messieurs mesdames
    Cette grève vous vous concernent également vous qui vivez en Guyane qui aimez gueuler que la vie est chère, il n y a pas d infrastructures, il y a d l insécurité !!!
  • voilà - 19.04.2017
    ???
    Ces gens veulent que la Guyane leur soit rendue mais ne font rien pour développer l'économie de ce pays.C'est tellement plus facile d'être fonctionnaire. Payé à ne rien foutre....
  • INVITE - 19.04.2017
    De plus en plus ridicule...
    ...Incapable de justifier le maintien de la prise en otage de la population guyanaise, ils en viennent au vandalisme (y compris semble-t-il des dégradations des lignes hautes tensions à Kourou).

    En même temps, c'est dans leur nature profonde, chassez le naturel...des voyous restent des voyous.

    Tous ceux qui ne partagent pas leur position extrémiste "s'en foutent" de la Guyane paraît-il...
    On se demande ce qu'ils ont fait pour la Guyane pendant tout ce temps...ont-ils créer des entreprises en Guyane, des emplois?
    Ou profite-t-il simplement du système sociale et/ou de leur statut sécurisé et avantageux de fonctionnaire?
  • Mastarraide - 19.04.2017
    Bande de lâches
    Ça c'est sur que des gens qui gagnent leurs vie à la sueur de leurs front ça dérange la bande d'improductifs semeurs de médiocrité qui nous prends la tête depuis un mois.ridicules sans une once de courage a l'image du résultat de toute cette mascarade.les coupables paieront au centuple.
  • René - 19.04.2017
    réponse au sondage FG du jour
    Que tous les responsables et moutons paient, je mettrai la main à la poche, après, s'il le faut.
1

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION