ACTUALITé - SOCIéTé / SOCIAL / EMPLOI - CRISE SOCIALE

« Les décisions du collectif sont prises dans le dos du peuple »

France-Guyane 19.04.2017
P.-Y. C. / K. S.

12RÉAGIR

« Les décisions du collectif sont prises dans le dos du peuple »
(photo archives)

Mikaël Mancée a annoncé hier qu'il se retirait du collectif Pou Lagwiyann dékolé. Le leader charismatique du mouvement regrette que « l'évolution de la mobilisation ne soit pas en adéquation avec sa vision des choses » . Avant d'ajouter que « le combat continuera » .

Chaque mot a été pesé, l'enchaînement du propos a été minutieusement étudié. Hier soir, par une lettre de quatre pages, Mikaël Mancée a annoncé qu'il se retirait du collectif. Le leader charismatique travaillait son annonce depuis la semaine dernière, selon ses proches. Il s'est entouré pour que chaque phrase soit parfaitement ciselée. L'effet est réussi, notamment quand il s'agit de dénoncer les dysfonctionnements de Pou Lagwiyann dékolé.
« Les décisions du collectif sont prises dans le dos du peuple. Les lobbies sont structurés, la jeunesse n'est pas positionnée, les médias sont écartés, les tentatives de récupération sont manifestes [...] Lentement mais sûrement, nous avançons vers un bain de sang alors que nous avons besoin d'un bain de connaissances et de savoir. »
Ce sont les barrages qui sont dans le viseur du policier : « Il est vrai que les barrages ont mobilisé à un moment. Mais nous sommes en 2017. Ces façons de faire datent, à mon sens, d'un autre temps. » Pour lui, les discussions dans les médias, dans les sondages, dans les familles, sur les barrages font qu'il « ne se reconnaît pas dans les méthodes employées [...] Elles ne correspondent pas aux idéaux de la marche qui avait attiré à nous les médias nationaux et internationaux. » Il fait donc « un dernier appel pour un réveil immédiat par de nouvelles méthodes » . Il estime que les Guyanais doivent relever « le défi de l'intelligence » lancé par l'État en présentant des demandes « lourdes, solides et fortes [...] Nous ne voulons pas faire vite, nous voulons faire bien. » Et cela passe aussi, selon lui, par les élus.
Pour Mikaël Mancée, le combat ne s'arrête pas. « Mon implication, ma solidarité, ma détermination ne changent pas ni ma volonté de travailler activement pour la Guyane, mais avec des outils fondamentalement différents. Restons déterminés dans notre tête et dans notre coeur. »
Le pôle économique et les peuples autochtones se démarquent aussi
Après l'annonce de Mikaël Mancée hier soir, le collectif des peuples autochtones devrait annoncer à son tour, ce matin, qu'il quitte Pou Lagwiyann dékolé. Le principal point de désaccord porte sur la revendication foncière de Pou Lagwiyann dékolé, qui demande à l'État de céder toutes ses terres. Hier, le pôle économique a aussi fait entendre une note discordante. Il « dénonce le fonctionnement actuel du collectif. Son organisation fait l'objet de dérives » . Il déplore « la faible représentativité de certains pôles » et demande « que l'ensemble des syndicats salariés y soit désormais associé » . Il critique le durcissement des barrages et propose de « poursuivre les réunions de travail » avec l'État. Hier, un conseiller du Premier ministre a relayé le communiqué des socioprofessionnels appelant à la levée des barrages.
12
VOS COMMENTAIRES
  • brigandin2 - 21.04.2017
    turlutu !
    Reconverion chanteur,producteur,impressario il a le choix.
  • Alain973 - 19.04.2017
    Du bon sens
    Enfin, un début de réflexion, oui ! seule l'action démocratique peut avoir une réelle influence. D'ailleurs, ces élus qui aujourd'hui sont absents, et peu, invitent à la reprise par une prise de parole officielle. Je crains toutefois que les jusqu' au boutistes sur les barrages n'acceptent pas la démocratie des autres. J'ai pu assister à des violences sur les barrages qui sont inadmissibles. Parfois même des propos racistes (anti-blancs) qui font honte aux Guyanais.
    N'oublions pas qu'il n'y a qu'un peuple, le peuple Français.
    Et, le peuple s'exprime par les urnes...............
  • papa-la-carapa - 19.04.2017
    C'est plus que ça
    sur les barrages, les coupeurs de route ne laissent passer que les copains, sans oublier de s'échanger une blague sous les yeux médusés, agacés et exaspérés des autres conducteurs attendant leur tour... n'hésitant pas à laisser des bébés de moins d'une semaine sortant tout juste de l’hôpital poireauter dans la voiture sous le soleil pendant plus d'une demi-heure... sous prétexte que eux aussi ont des enfants....
    Si les barrages continuent comme ça, ce n'est pas des blessés qu'il risque d'y avoir, mais bien des morts.
  • Pôpa zo - 19.04.2017
    Urnes
    50 ans de retard pour la Guyane, OUI ....... mais, il y a toujours un MAIS ! Durant ces 50 ans, pas d'élection, pas de remise en question, moutonage à tous les étages ......
    Il est temps que le peuple de Guyane se réveille, et le seul chemin possible passe par les urnes, à moins que quelques décérébrés du bulbe ne veulent que les armes ne soient de sortis .......

    Bain de sang contre émancipation non désirée, le raccourci est peut-être rapide pour certains, mais pour d'autres, ce n'est que l'aboutissement de leurs visions du chaos perdus d'avance.

    Une personne, une voix, une urne ........

    DÉMOCRATIE

    Au suivant .......
  • INVITE - 20.04.2017
    N'exagérons rien. A force de le dire et l'écrire, certains idiots vont vraiment croire que la Guyane à 50 ans de retard.

    On va même finir par essayer de nous faire croire que l'esclavage n'a pas encore été aboli en Guyane...

    Non, il y a 50 ans, internet et les réseaux mobiles n'existaient même pas en France...et dans le monde.
    Ce que nous avons déjà aujourd'hui en Guyane (!), avec une qualité inégale il est vrai, mais arrêtons avec ces effets d'annonce...

    Oui la Guyane à du retard, et je ne saurai la quantifier en nombre d'année, mais non elle n'a pas 50 ans de retard.
  • Psyché - 19.04.2017
    Félicitations _ patie 1/3
    Je tiens à saluer ce Monsieur qui en leader charismatique a su engager une lutte justifiée et qui a aussi l'intelligence de savoir suspendre un combat qui petit à petit dérive et tend à servir des egos démesurés au préjudice de l'objectif initial, à savoir le rattrapage économique et social de la Guyane tant vis à vis de la métropole que de nos concitoyens, plus proches, des Antilles.
    La lutte doit désormais se poursuivre par la voie démocratique et la prise des urnes.
    Il appartient à tout à chacun enfin d'élire lors des prochaines élections un(e) candidat(e) porteur(se) d'un projet pour la France, pour la Guyane, AU NOM DU PEUPLE.
    De renouveler cette classe politique qui tant au plan national qu'au niveau local fait preuve d'un laxisme, d'une incurie à gérer les affaires quotidiennes des français.
    En Guyane malheureusement force est de constater des traditions familiales qui visent à élire des élus, fils de, ou-bien neveu de, ou encore famille de…
    Comment peut-on escompter changer les choses, comment peut-on croire que ces « élites locales » veulent un renouveau et le bien pour leur pays.
    Pris par la facilité, le clientélisme et le copinage, ils n’ont que pour unique intérêt, le leur ; à savoir leurs réélections aux prochaines échéances électorales….faisant fi des nécessités de leurs communes, de leurs circonscriptions, de la Guyane.
  • Melville - 19.04.2017
    L'arrogance de Psyché
    Les Guyanais, Psyché, ne vous ont pas attendu pour savoir qu'ils doivent renouveler leur classe politique. Cette volonté de renouvellement, ils l'expriment aussi dans leur mobilisation actuelle. Vous avez certainement plus à faire en France où les élus qui sont actuellement au pouvoir poursuivent des carrières politiques pendant une quarantaine d'années. Cessez d'être arrogant. Les Guyanais ne vous demandent rien.
  • Psyché - 19.04.2017
    Melville mon Ami, mon Frére...
    Melville mon Ami, mon Frère, que de haine envers la mère patrie envers votre prochain car hier lors d'un précèdent post autant j'ai pu vous rappeler la définition du mot respect dont vous semblez abuser, autant aujourd'hui je serai amusé de connaitre votre définition de ce qu'est un Guyanais !?
    Si je puis me permettre sans vous offenser, à minima un français ; puisqu'à ce jour, à preuve du contraire, la collectivité de Guyane s'inscrit dans le vaste périmètre de la France dont que vous le vouliez ou non en tant que résident vous faites partie.
    Effectivement, s'il est difficile d'avoir un œil critique sur ses propres turpitudes et aisé de voir la paille dans l'œil de son voisin, on ne doit pas rester sourd au fond du problème et rejeter une fois de plus la faute sur l'autre.
    La Guyane est une fabuleuse contrée du Monde riche de son environnement, de son histoire, de sa situation géopolitique mais hélas pauvre d'autocritique ; alors oui, enfin le peuple semble se réveiller et constate avec rancœur et amertume la faiblesse des élus qu'il a pourtant mis en place et porté aux nues.
    N'y voyez pas une attaque personnelle mais juste une prise de conscience.

    On a les élus que l'on mérite....Votez utile
  • GIZMO - 19.04.2017
    Va falloir changer de tactique alors, car les moutons étaient nombreux derrière Léon bertrand à la marche de Kourou....
  • papa-la-carapa - 19.04.2017
    C'est bien de dire tout ça...
    mais dans ce cas faudrait arrêter d'élire les mêmes encore et toujours...... je regarde du côté de St Laurent....
12

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION