ACTUALITé - SOCIéTé / SOCIAL / EMPLOI

EDF, fusée, essence : le point sur les conflits sociaux

franceguyane.fr 20.03.2017
La rédaction

6RÉAGIR

Une demi-douzaine de conflits sociaux touchent actuellement la Guyane. La fusée prévue demain est reportée ; chez EDF, aucune négociations n'a lieu ; les gérants de station service démentent toute menace de fermeture.

Transporteurs, électriciens, agriculteurs, agents du CMCK : les conflits sociaux sont nombreux en ce lundi.
Chez EDF, aucune négociation n'a lieu. L'entreprise compte 16 % de grévistes ayant suivi l'appel de l'UTG. Le syndicat a dressé un barrage au rond-point de la Carapa, à Kourou. Aucun client n'a été privé d'électricité et aucun centre de production n'est bloqué.
Endel a débrayé ce matin et les négociations sont au point mort. Depuis plusieurs mois, la société kouroucienne est perturbée par un conflit autour des négociations annuelles obligatoires. Ce conflit a pour conséquence de provoquer le report du lancement d'Ariane-5, prévu demain. C'est en effet Endel qui est chargé de déplacer la fusée entre le bâtiment d'assemblage final et le pas de tir.
Les transporteurs bloquent le port de Dégrad-des-Cannes, à Rémire-Montjoly. Ils reprochent au centre spatial de ne pas respecter un accord sur la fourniture des camions sur le chantier d'Ariane-6.
Les agriculteurs manifestent devant l'agence de service et de paiement (ASP). Leurs difficultés de financement sont à l'origine de ce mouvement qui dure depuis plusieurs mois.
Au centre médico-chirurgical de Kourou (CMCK),
l'UTG a déposé un préavis de grève à partir de dimanche. Le syndicat s'oppose à la vente de l'établissement par la Croix-Rouge à une société privée.
À l'Agglo, FO et la CDTG ont déposé un préavis pour demain. Il fait suite à un incident, la semaine dernière, entre des salariés et le directeur de la régie communautaire des transports, chargés du réseau de bus.
Ce lundi après-midi, on apprend que l'UTG Caf dépose un cahier de douze revendications ce mardi avec menace de grève à partir de lundi prochain. Le syndicat dit soutenir les socioprofessionnels, le CMCK et EDF.
Toujours à Kourou, les Toukan ont également manifesté ce lundi matin au rond-point de la Carapa. Avec deux mots d'ordre : lutter contre l'insécurité et s'opposer à la vente du CMCK. Ils invitent les Iguanes de l'Ouest et les 500 Frères à les rejoindre.
Les 500 Frères, de leur côté, appellent la population à une réunion publique, ce lundi soir à 20 heures, à la cité Eau-Lisette, à Cayenne.
Enfin, les gérants de station-service, par la voix de leur président Franck Sophie, démentent toutes les rumeurs de fermeture des stations : "Nous n'avons aucune raison de fermer nos stations. Nous ne sommes pas en négociations. Nous ne revendiquons rien."

(Plus de détails dans notre édition de ce mardi)

6
VOS COMMENTAIRES
  • Betty12 - 23.03.2017
    ???
    Quel est votre problème avec le carnaval guyanais?
    I Brésil, nice, l Italie, la Barbade ont leur carnaval. Vous ne dénigrez pas ces populations !!
    Alors pourquoi fustiger le créole. Ce n' est qu une fois ds l année.. et puis toutes les communautés s y amusent (métro, antillais, brésiliens).
  • FLAMBI - 21.03.2017
    fin du carnaval vive le bordel
  • Melville - 21.03.2017
    Allô Ubu !
    De voir les Guyanais se battre –et avec quelle dignité !- pour prendre en charge leur destin et améliorer leurs conditions de vie ainsi que celles de leurs enfants vous inspire quelle réflexion ? Cela ne vous donne pas envie, Mon Bon Ubu, d’aller en faire autant en « Métropole », comme vous dîtes ? On me dit que les Martiniquais, les Guadeloupéens, les Réunionnais et même les Mahorais sont sur le point de nous emboîter le pas. Et vous donc, Mon Bon Ubu ?
  • alf - 20.03.2017
    vivement le carnaval 2018 que les gréves s arrêtent et que la Guyane tourne a son rythme de croisière
  • jess - 20.03.2017
    c'est pas un mensonge bien une vérité
  • Melville - 21.03.2017
    Un peu de décence, Alf
    Les Guyanais se battent par souci de dignité, Alf. Ils se battent pour eux-mêmes, pour leurs enfants, pour leur pays. On comprend que ce combat ne soit pas le vôtre. De grâce, épargnez-nous votre mépris. On vous rappelle volontiers que vous avez parfaitement le droit de reprendre votre baluchon en direction de ces pays où "le carnaval" n'existe pas. Je vous garantis qu'il en existe, et ils sont nombreux de par le monde.
1

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION