ACTUALITé - SOCIéTé / SOCIAL / EMPLOI

KOUROU - Endel : un salarié s'enchaîne à la Carapa

franceguyane.fr 05.09.2017
propos recueillis par Laurent Marimoutou

11RÉAGIR

Endel : un salarié s'enchaîne à la Carapa
Jean-Luc Assard, salarié à Endel Guyane, membre du collectif « restons ensemble », enchaîné au poing levé de la Carapa de Kourou.

Ce matin dès 6 h 30, Jean-Luc Assard, salarié d’Endel, s’est enchaîné au rond-point de la Carapa à Kourou. Il dénonce les suppressions d’emplois en Guyane. Interview.

Pourquoi vous être enchaîné à la statue du poing levé du rond-point de la Carapa ?
J’ai décidé de revendiquer l’emploi pour mes compatriotes guyanais quelle que soit leur origine. Une fois que nous sommes en Guyane nous sommes tous Guyanais. Il faut faire tomber les masques : le CSG a décidé d’éliminer une grande entreprise, Endel, à laquelle j’appartiens. Mais c'est une action individuelle pour attirer l’attention du monde politique et professionnel. La situation du pays est catastrophique. Il n’y a plus d’emploi, nos jeunes n’ont pas d’avenir. Ceux qui ont la possibilité de donner de l’emploi aux Guyanais sont en train de faire de manière à ce que les Guyanais restent dans cette situation de précarité. Je ne peux pas accepter cela. Je défends l’emploi pour mes compatriotes guyanais. J’ai eu la chance d’avoir un emploi, je suis bientôt à la retraite. Cette action va me griller auprès du CSG pour qui je travaille depuis 38 ans. Mais lorsqu’on a un idéal, il faut aller jusqu’au bout.
Vous comptez rester enchaîné jusqu’à quand ?
Toute la matinée, pour que le maximum de personnes puisse me voir. Le CSG a dorénavant une grosse pierre de 150 kg dans leur chaussure. Je ne les lâcherai pas d’un seul millimètre parce que l’emploi est la priorité absolue.
Avez-vous subi des pressions des gendarmes ou des autorités du CSG ?
Les gendarmes et la sécurité du CSG sont passés me dire bonjour. Mais je n’ai pas besoin de dire bonjour à qui que ce soit, j’ai besoin qu'il y ait de l’emploi pour mes compatriotes guyanais.
11
VOS COMMENTAIRES
  • den97300 - 06.09.2017
    Il faut oser
    Il faut oser le faire. Il faut oser dire tout haut ce que l'on pense, oser braver ce qui paraît insurmontable. Les commentaires me font prendre conscience que derrière certains pseudonymes existent de vrais racistes. Pas racistes des blancs envers les noirs ou vive versa, raciste de la race humaine tout simplement. Même si dit comme ça, c'est difficilement compréhensible. Des "gens " qui disent que c'est bien fait, qu'il fallait réfléchir avant. Mais il fallait faire quoi alors ? Continuer à subir ? Encore et encore alors que d'autres s'enrichissent à outrance. On vit tous sous le soleil c'est vrai mais il ne fait pas beau pour tous le monde. Les débuts et fins de mois ne sont pas les mêmes pour tous le monde. Y'a pas d'emploi, il a raison ce monsieur. Avec ou sans diplôme, tes au chômage. Sans diplôme c'est plus difficile certes mais tous le monde galère.Alors oui il a tout à fait raison et j'admire son geste. Et puis, pour faire écho à certains commentaires, heureusement que certains syndicats sont la et bien debout parce que Sinon, on serait dans une situation encore plus déplorable.
  • RAF973 - 06.09.2017
    Bonjour
    Je comprends bien la situation de ces personnes, mais après avoir fait perdre de l'argent au CSG et terni son image, il ne faut pas s'étonner. Surtout que le CSG fait vivre beaucoup de monde en Guyane et à ma connaissance ce n'est pas un employeur tyrannique !
    Ce n'était pas la bonne cible.
    Cela dit, c'est un marché qui a été passé et j'imagine que les règles de concurrence ont été respectées.
    Je suis même surpris que ce soit la même entreprise qui ait cette tache depuis des années....
    On peut également se dire que l'entreprise qui a eut le marché va embaucher pour ce contrat.
    Mais bon, on doit respecter ses clients et les engagements pris.
  • Sti973 - 06.09.2017
    ceux qui subissent ?!!!!
    Ceux qui "subissent" comme vous dites, ceux qui ont toutes les raisons de protester de leur situation (travail difficile et mal payé) ne sont pas les salariés d'Endel.
    D'ailleurs ceux qui protestent chez Endel et dans d'autres sociétés ou ils sont bien lotis ne protestent pas beaucoup pour ceux qui en auraient besoin, et bcp plus pour les gros avantages qu'ils risquent de perdre.
    Arrêter de croire que ce genre d'actions est solidaire de la population qui a le plus de raison de se plaindre. Les motivations restent très egoïstes.
  • Paassy - 05.09.2017
    A l'épreuve de la faim
    150 kg ? Ça nourri bien le spatial...
    Enchainement limitée à la matinée, pause déjeuner oblige. Décidément, à Kourou la faim peut avoir raison de toutes les volontés.

  • jess - 06.09.2017
    eh bien pas sympa ce que vous dites
  • Paassy - 06.09.2017
    Les chaines sont dans la tête
    Pas sympa ? Prenez un peu de recul. Cela fait 40 ans que le spatial (1er fournisseur d'emploi en Guyane) fait vivre plus que décemment une bonne partie des Guyanais, finance des projets, aide des associations (les € disparaissent ensuite) et accompagne les études supérieures de nos enfants. C'est un pole d'excellence que la planète nous envie. Et il y a des idiots qui trouvent cela injuste, qui, tout en tétant goulument les mamelles trouvent que le lait n'a pas bon gout. Je dis que vraiment il faut arrêter de s'inventer des persécutions, des souffrances et d'accuser les autres de ses propres turpitudes. Ce gars est tout aussi ridicule que le poing auquel il s'est attaché.
    La Guyane qui s'enchaine n'avancera jamais.
  • jeje973 - 05.09.2017
    Peuple de Guyane
    Si vous saviez combien touche un salarié qui travaille sur la base spatial. Je vais vous décrire : Prime d'ancienneté maxi de 15 ans (15%), Prime de flexibilité (horaire décalé), Prime de cherté de vie (25%), Prime d'astreinte, Remboursement des indemnités kilométriques, Prime de tir (~110€ par lancement), Billet d'avion d'un montant de 1500€ tous les 3 ans,... . Il y a pleins d'avantages... On se fait des tunes dans le spatial.
  • RAF973 - 05.09.2017
    Monsieur Assard
    Quand on veut préserver son emploi on évite de mettre à mal l'entreprise pour qui on travail. Aviez vous réfléchi au moment du blocage ?
    Il ne faut pas pleurer maintenant. A force de suivre bêtement les UTG et Cie, vous auriez mieux fait de réfléchir aux conséquences des vos actes.
    Désolé mais je ne suis pas surpris et la réaction du CSG est tout à fait compréhensible.
  • MONSIEUR GUYANE - 05.09.2017
    Memorial ACTE
    Il aurait mieux fait de s'enchainer au Memorial ACTE en Guadeloupe, la veille du passage du cyclone "IRMA", ça aurait été plus médiatique en plus de lui refroidir les idées...
  • Sti973 - 05.09.2017
    beau mélange
    Qui fait le plus de mal à l'emploi et à ceux qui veulent en créer ?
    N'est ce pas justement les salariés qui - pour en réclamer toujours plus - entreprennent des actions qui découragent les entrepreneurs créateurs d'emploi et provoquent des licenciements économiques suite aux divers blocage.

    Si la Guyane ne se développe pas, si le peu de travail qui existe disparaît, la responsabilité en ait majoritairement d'une petite majorité de salariés qui défendent l’indéfendable !
12

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION