ACTUALITé - SOCIéTé / SOCIAL / EMPLOI

Jean-Luc Assard : « J’interpelle les politiques sur le sort de la Guyane »

franceguyane.fr 08.09.2017
Prince Essonne M'Foulou-Zé

4RÉAGIR

Jean-Luc Assard : « J’interpelle les politiques sur le sort de la Guyane »
Jean-Luc Assard s'est enchaîné à la statue de Félix Eboué sur la place des Palmistes à Cayenne tôt dans la matinée de vendredi pour dénoncer la situation de Endel

Pour poser ses revendications et attirer l’attention de la société guyanaise sur la situation endurée par les employés de Endel, un homme s’enchaîne à la statue de Félix Éboué sur la place des Palmistes à Cayenne.

 Jean-Luc Assard, membre du collectif des salariés de la compagnie Endel, s’est enchaîné à la statue de Félix Éboué (Place des Palmistes) tôt dans la matinée de vendredi. Il dit vouloir, à travers ce geste, manifester sa solidarité à ses collègues salariés de Endel et dénoncer, par la même occasion, la perte des marchés enregistrée par cette société depuis plusieurs mois.

« Je suis ici aujourd’hui suite aux déclarations de Didier Faivre, président du CNES. Celui-ci prétend, malgré la perte successive des marchés infligée à Endel, que l’emploi dans cette entreprise sera sauvegardé, déclare-t-il. Ce n’est pas vrai, d’autant plus que le CNES est en train de tuer cette entreprise ». 

L’insurgé explique que le centre spatial a refusé d’octroyer des marchés à Endel cinq fois successivement. Et que ce n’est pas le fait du hasard. Pour lui, il y a bien longtemps que le CNES essaierait de se défaire de la collaboration avec Endel. Celle-ci, à ce jour, court pourtant sur une cinquantaine d’années. « J’interpelle les élus et tous les politiques sur le sort de la Guyane, poursuit-il. L’emploi en Guyane est en train de se faire malmener. Et aucun secteur ne sera épargné ».

Jean-Luc Assard affirme en effet que tous les indicateurs sont au rouge quant à l’avenir de l’emploi en Guyane. De son point de vue, les événements de mars ont tout juste permis aux représentants de l’État et aux dirigeants de certaines compagnies comme le CNES d’accélérer ce processus. D’où le refus récurrent d’attribuer des parts de marchés à Endel. « Je mets au défi Didier Fèvre d’accepter un débat contradictoire pour évoquer cette situation », lance-t-il. Et il ajoute : « nous avons eu la suppression de plus d’une centaine d’emplois aidés, à un moment où la Guyane a besoin de ces contrats pour donner du travail à un nombre important de jeunes sans emploi et, malheureusement, sans profession ».

L’insurgé est resté enchaîné à la statue de Félix Éboué toute la matinée. Il indique qu’il compte récidiver lors de l’arrivée d’Annick Girardin, ministre des Outre-mer. Mais aussi et surtout, à l’arrivée du président de la république. « Si je dois m’enchaîner au train d’atterrissage de son avion, je le ferai ».

Jean-Luc Assard, entouré de ses soutiens au pied du monument Félix Eboué

4
VOS COMMENTAIRES
  • Citoyen Guyane - 09.09.2017
    Monsieur Harry Hodebourg, que faites vous sur cette photo, à côté d'un slogan "Emploi Priorité Absolu", quand on sait que vous militez fortement contre un projet porteur de plusieurs centaines d'emplois ?
  • joko973 - 09.09.2017
    Si Endel perd des marchés, c'est un peu grâce à eux. Encore un qui cherche une planque à la CTG...
  • MONSIEUR GUYANE - 09.09.2017
    Confort… ?
    Tant que la guyane aura des militants qui s'enchaînent qq heures à une statue puis rentrent chez eux se reposer, se font enfermer une nuit au csg puis sortent pour prendre leur petit dejeuner, et ne savent faire que barrer les routes pour faire chier la population, fermer les entreprises pour anéantir l'initiative privée , bloquer le port pour fragiliser l'Economie, la Guyane ne sera jamais en mesure de décoller...
    Avec des meneurs repris de justice ou fonctionnaires, nous avons le pire du militantisme, les indépendantistes les plus bêtes du monde…
  • xxl - 08.09.2017
    IMPUISSANCE
    les petits pots de terre contre les pots de fer, ravet contre poule, mais tant que vous voterez pour les puissants pots de fer, ce sera comme ça.
1

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION