ACTUALITé - SOCIéTé / SOCIAL / EMPLOI

« Si je dois m'enchaîner au train d'atterrissage de l'avion présidentiel... »

France-Guyane 09.09.2017
Prince ESSONNE MFOULOU-ZÉ

6RÉAGIR

« Si je dois m'enchaîner au train d'atterrissage de l'avion présidentiel... »
Jean-Luc Assard s'est enchaîné à la statue de Félix-Éboué sur la place des Palmistes à Cayenne tôt dans la matinée de vendredi pour dénoncer la situation d'Endel (PEM)

Pour poser ses revendications et attirer l'attention sur la situation des employés d'Endel, Jean-Luc Assard s'enchaîne à la statue de Félix-Éboué sur la place des Palmistes à Cayenne, hier matin.

Jean-Luc Assard, membre du collectif des salariés de la compagnie Endel, s'est enchaîné à la statue de Félix-Éboué sur la place des Palmistes au coeur de Cayenne, tôt dans la matinée, hier. Il dit vouloir, à travers ce geste, manifester sa solidarité à ses collègues salariés d'Endel et dénoncer, par la même occasion, la perte des marchés enregistrée par cette société depuis plusieurs mois. « Je suis ici, aujourd'hui, suite aux déclarations de Didier Faivre, président du Centre national des études spatiales (Cnes). Il prétend, malgré la perte successive des marchés infligée à Endel, que l'emploi dans cette entreprise sera sauvegardé. Ce n'est pas vrai, d'autant plus que le Cnes est en train de tuer cette entreprise, » s'insurge Jean-Luc Assard.
LES INDICATEURS SONT AU ROUGE
Ce dernier explique que le centre spatial a refusé d'octroyer des marchés à Endel cinq fois successivement. Et que ce ne serait pas le fait du hasard. Pour lui, il y a bien longtemps que le Cnes essaierait de se défaire de la collaboration avec l'entreprise kouroucienne. Celle-ci, à ce jour, court pourtant sur une cinquantaine d'années (lire notre précédente édition).
« J'interpelle les élus et tous les politiques sur le sort de la Guyane, poursuit-il. L'emploi en Guyane est en train de se faire malmener. Et aucun secteur ne sera épargné » . Jean-Luc Assard affirme que « tous les indicateurs sont au rouge » . De son point de vue, les événements de mars ont tout juste permis « aux représentants de l'État et aux dirigeants de certaines compagnies comme le Cnes d'accélérer le processus de dégradation du marché de l'emploi. » D'où le refus d'attribuer des parts de marchés à Endel. « Je mets au défi Didier Faivre d'accepter un débat contradictoire pour évoquer cette situation, lance-t-il, avant d'ajouter, nous avons eu la suppression de plus d'une centaine d'emplois aidés, à un moment où la Guyane a besoin de ces contrats pour donner du travail à un nombre important de jeunes sans emploi et, malheureusement, sans qualification. »
L'insurgé est resté enchaîné à la statue de Félix-Éboué toute la matinée. Il indique qu'il compte récidiver lors de l'arrivée d'Annick Girardin, ministre des Outre-mer. Mais aussi et surtout, à l'arrivée du président de la République, prévue en octobre. « Si je dois m'enchaîner au train d'atterrissage de son avion, je le ferai » , promet Jean-Luc Assard en guise de conclusion.
6
VOS COMMENTAIRES
  • Fenix - 11.09.2017
    Endel mauvais perdant
    Monsieur Assard votre geste porte à confusion et à la désinformation. D'une part Endel à répondu comme d'autres industriels aux appels offres mais de toute évidence sa proposition ne correspondait pas aux cahiers de charges établi. Vous entendre dire que le CNES détruit l'emploi en Guyane n'est certainement pas vraie. Endel avait ce marché depuis des années presque comme un monopole.
  • RAF973 - 11.09.2017
    "Endel avait ce marché depuis des années presque comme un monopole. " Ce qui amène à se poser certaines questions sur l'attribution des marchés précédents ....
    Affaire à suivre !
  • MONSIEUR GUYANE - 10.09.2017
    Barrières
    On peut se demander où il a acheté ses barrières ?
    Il les a quand même pas piquées sur un chantier ?
    Il les a quand même pas piquées chez endel?
  • FLAMBI - 10.09.2017
    a la retraite Monsieur
  • Fred Rémire - 10.09.2017
    fraternite
    est ce que ce monsieur est le frere du journaliste ?
  • jml973 - 09.09.2017
    Cataclisme Irma et pendant ce temps en Guyane ...
    Et les journalistes de France Guyane qui font encore la pub pour cet hurluberlu qui était en pointe du blocage de la Guyane lors des grèves et qui ne se préoccupe que de sa condition personnelle. Au lieu de parler de ces égoïstes syndiqués qui ne parlent que de leur intérêt personnel, relayez les appels à l'aide et dons aux association pour nos compatriotes de Saint Martin et de Saint Barth. Voir ces gens se plaindre le ventre plein alors que nos concitoyens des Antilles sont en plein désarroi, c'est indécent.
1

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION