ACTUALITé - VIE LOCALE

MACOURIA - Zumbastique internationale, une première phénoménale

France-Guyane 14.03.2017
David RODOREDA

0RÉAGIR

Zumbastique internationale, une première phénoménale
Les amateurs de zumba se recrutent très jeunes (DRo)

Samedi après-midi, la place des fêtes était rose et noire. Noire de monde et rose des t-shirts arborés par les participants à la première édition de Zumbastique.

La musique est des plus entraînantes, les morceaux de dance-floor et de musiques latines mixées s'enchaînent les uns après les autres. Les instructeurs, sur scène et sur lesquels tous les yeux sont rivés, tiennent en haleine une foule conquise qui s'applique à reproduire chacun de leurs mouvements, les oreilles remplies de décibels enthousiasmants.
La première Zumbastique, samedi après-midi sur la place des Fêtes de Macouria, a tenu toutes ses promesses et a réuni une foule impressionnante.
Ne s'improvise pas instructeur zumba qui veut. Une certification est nécessaire, elle peut s'obtenir via des stages. « Ce n'est pas de la danse, c'est avant tout un sport complet, qui allie cardio et travail de tout le corps » , précise Célia Nicolas, chargée de communication de l'association Malaïka, qui cherche avec cette manifestation à promouvoir la zumba en Guyane.
À l'origine de cette première zumbastique, il y a aussi la volonté d'associer toutes les associations sportives guyanaises à une manifestation plus large, avec la présence d'un village santé, dans le cadre de la journée de la femme.
La place des Fêtes de Macouria était noire et rose de monde, samedi après-midi. (DRo)
Kila Nita, instructeur venu de Toulouse, et Clara Fauvette, alias Maydee, de retour en Guyane depuis trois ans pour développer la zumba. (DRo)
Les instructeurs se sont succédé sur la scène de Macouria. (DRo)
Mais qui sont les adeptes de la zumba ?
Quelques rares hommes, beaucoup de femmes, jeunes et moins jeunes, mais aussi un assortiment de sourires et de couleurs ; c'est toutes les femmes guyanaises qui étaient représentées ce samedi.
« J'ai senti les effets bénéfiques très rapidement, au bout de deux ou trois semaines, sur mon physique et mon moral » , confie Francine, 43 ans, qui pratique la zumba depuis un plus de six mois. Elle n'est pas près de s'arrêter! « C'est par hasard que j'ai découvert la zumba » , dit Cédric, 40 ans, un des seuls représentants masculins en Guyane qui avoue trouver « plaisant » d'évoluer au milieu de nombreuses femmes soucieuses de leur bien-être. Avis aux amateurs qui se découvrent soudain une passion pour la zumba...
0
VOS COMMENTAIRES

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION