LOISIRS - SORTIR

LIVRES - Garimpeiros, pour mieux comprendre l'orpaillage

France-Guyane 08.03.2018
Krysten ARNOLIN

0RÉAGIR

Garimpeiros, pour mieux comprendre l'orpaillage
David Gris (KA)

David Gris vient de publier son livre Garimpeiros aux éditions Edilivre. Il y dresse le portrait des hommes au coeur de l'orpaillage illégal. Dans un entretien qu'il nous a accordé mardi, il a expliqué les raisons qui l'ont poussé à écrire cet ouvrage.

Comment vous êtes-vous retrouvé en Guyane ?
Je suis venu en Guyane il y a six ans pour travailler sur l'orpaillage illégal. On cherchait des personnes avec une formation militaire qui n'avaient pas peur de vivre la forêt et qui pouvaient supporter un mode de vie assez rustique. L'aventure m'intéressait, donc je me suis lancé. J'ai été muté dans un groupe de recherche et d'intervention en forêt composé d'officiers de police judiciaire à Saint-Laurent du Maroni.
Pourquoi avoir écrit un livre sur les garimpeiros ?
J'ai fait le livre pour qu'il y ait une transmission de savoirs, notamment chez les Guyanais. Je me suis aperçu que beaucoup de gens ici me demandaient : « Qu'est-ce qui se passe en forêt ? Les garimpeiros, qui sont-ils ? Est-ce qu'ils tuent vraiment tout le monde ? » C'est l'image qu'on a de la forêt, et je me suis rendu compte que personne ne la connaissait réellement. J'ai aussi écrit ce livre pour que les gendarmes qui viendront en Guyane puissent déjà avoir une base solide pour mieux lutter contre l'orpaillage.
Comment avez-vous abordé le sujet de l'orpaillage illégal ?
Dans le livre, j'explique notre organisation et quelles sont les « forces amies » qui travaillent en forêt. J'explique comment les militaires nous sont très précieux au niveau du nombre, de leur professionnalisme pour la sécurité et pour les moyens logistiques comme les pirogues, quads ou hélicoptères. La lutte contre l'orpaillage se fait avec eux. C'est aussi un excellent terrain de jeu pour l'armée française, pour former les jeunes militaires.
Quelle image donneriez-vous aux garimpeiros ?
Le garimpeiro est un délinquant mais ce n'est pas un criminel. Je le compare à un ouvrier, qui à la fièvre de l'or, qui fera des kilomètres pour travailler l'or. Il est souvent bien plus performant et résistant que des personnes vivant en forêt. Il faut savoir que même le garimpeiro connait l'insécurité, il se fait aussi braquer par d'autres bandes armées. Le garimpeiro n'est pas dangereux mais il y a des lois à respecter en forêt. Ils ont créé leur propres lois : on ne s'attaque pas aux femmes ni aux enfants, on ne vole pas... Il y a souvent des vidéos qui tournent où les voleurs sont lourdement punis pour montrer l'exemple aux autres. Ce sont des lois mises en place pour garantir une certaine tranquillité, sinon ce serait l'anarchie.
Quels ont été les moments les plus marquants de votre service en forêt ?
Ce qui s'est passé avec Dorlin m'a énormément marqué. On devait l'arrêter. Nous avions envoyé des groupes de gendarmes et du GIGN (Groupe d'intervention de la Gendarmerie nationale) puisque nous savions que sa bande et lui étaient lourdement armés. C'était une rencontre assez tendue, il a pris les forces armées en embuscade. Il y a des pertes de leur côté et de celui des gendarmes. Je me souviens que des médecins opéraient sur la piste de l'aéroport de Maripasoula. Et nous devions ramener des unités en forêt pour que ce ne soit pas une boucherie, puis il a fallu longuement le traquer. Ca a été un événement très fort. Un autre moment marquant a été le démantèlement d'une bande menée par son chef Chapéu, déjà recherché pour avoir commis 22 meurtres. La traque a aussi été très longue.
Qu'y a-t-il à retenir sur les
Il y a une véritable communauté garimpeira très active. Il y a des cuisinières sur les sites. Les jeunes vont aller se divertir dans des cabarets, dépenser leur or. Il y a des systèmes de prostitution tenus par des femmes qui ont souvent des protections armées. Il existe aussi des communautés religieuses avec des pasteurs. C'est ce que je décris dans mon livre : comment s'organise cette communauté, les métiers et les relations sociales qui existent dans la communauté et en général, la forêt.
Garimpeiros est déjà disponible aux éditions Edilivre et sera bientôt en vente sur les sites Amazon et de la Fnac.
0
VOS COMMENTAIRES

Réagissez à cet article

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2 mn) :

CONNEXION